Conférence du professeur Lamine Benallou mardi 11 octobre au Centre des études andalouses

benalllou

Le professeur Lamine Benallou donnera le mardi 11 octobre à 10 h une conférence au centre des études andalouses d’Imama, commune de Mansourah, une conférence intitulée « Arabisme en Espagne, Hispanismes en Algérie, Contacts Linguistiques et Interculturalité ».

Lamine Benallou est né à Oran en 1958. Il est l’auteur d’une thèse sur l’écrivain espagnol Juan Goytisolo. Il a déjà publié plusieurs ouvrages dont un roman intitulé Les porteurs de parole. Il réside en Espagne depuis 1994.

 

“L’Oranie espagnole” / “Calentica, Mario, Chencla, Baraca etc.” Autant de termes et d’expressions qui représentent pour les Oranais ce qui fait leur particularisme linguistique et leur rappellent leur histoire.

 Lamine Benallou, qui vient de publier aux éditions Dar El-Gharb un ouvrage intitulé L’Oranie espagnole : approche sociale et linguistique, aura eu le mérite de rappeler combien la présence espagnole dans la région a laissé des traces et qui, aujourd’hui, sont ce que l’on appelle “des marqueurs identitaires”.

L’auteur se prévaudra, dans son ouvrage, qui est le résultat d’un travail de 20 ans sur le terrain, d’une approche non pas historique mais sociale et linguistique. Les glissements phonétiques sont nombreux aujourd’hui dans le parler des Oranais, notamment chez les anciens qui ont côtoyé la communauté espagnole ; le lexique qui figure d’ailleurs dans l’ouvrage est chargé d’histoire et d’imaginaire.

Le débat que suscitera Lamine Benallou lors d’une conférence organisée dernièrement à Oran, aura permis d’aborder des questions d’une extrême actualité dans notre pays. En effet, par rapport à “cet espagnol” la question du plurilinguisme dans notre pays a été posée. Un intervenant dira justement que “l’Algérie aujourd’hui est malade de son plurilinguisme, alors que pour notre génération ce plurilinguisme n’était pas perçu comme un problème.”

Bien au contraire il est pour la majorité des intervenants (enseignants et chercheurs) une richesse “une langue métissée est une richesse, c’est ce qui fait que l’on est différent…”, dira un enseignant. Pour l’un des animateurs de la conférence, il est clair que c’est l’intrusion du politique dans le champ linguistique qui est à l’origine du problème de la langue. Et d’ajouter : “Tout ce qui est pluriel dérange… Lorsqu’on se met à légiférer par décret pour quelque chose qui est naturel on crée un problème… c’est l’unicité qui est un problème…”

L’un des reproches fait à l’auteur est de n’avoir pas rendu dans son ouvrage l’histoire de la communauté espagnole à Oran, qui est un aspect important pour l’histoire identitaire de la région.

F. B

Liberté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *