CNRPAH : conférence samedi 25 février sur l’évolution de l’instrumentarium musical traditionnel en Algérie

Comme suite aux deux premières journées de recherche ethnomusicologique tenues le 13 décembre 2015 et le 18 mai 2016 par le Laboratoire d’organologie du Centre des Études Andalouses de Tlemcen consacrées aux thématiques suivantes : « La fabrication des instruments traditionnels de musique en Algérie : les problématiques actuelles », et « L’apprentissage des instruments de musique traditionnels en Algérie », cette troisième journée de recherche sera dédiée au thème de « L’évolution de l’instrumentarium musical traditionnel en Algérie ».

Qu’on l’appelle djawq ou firqah en rapport à la formation musicale, idhebbâlen ou zorna en référence aux pratiques des musiciens, aissawa ou diwan ou firqat inshâd selon le cadre extra-musical, groupe ou bien orchestre comme il est d’usage dans la nawba et le chaabi ; l’instrumentarium propre à chaque tradition musicale porte non seulement un nom et un qualificatif qui diffère d’une

tradition à une autre, mais renvoie aussi – de par son évolution – à l’histoire de la vie sociétale, aux échanges culturels et politiques du pays, aux appropriations et acculturations qu’a subi la musique traditionnelle à travers les périodes.

Les questions suivantes ont été le noyau initial de notre réflexion : Quelle dialogie peut-on concevoir entre l’appropriation ou l’invention instrumentale et l’esthétique musicale ? Et dans quel sens dynamique se concrétise cette relation : nécessité ou expérimentation ou tout simplement contingence ? Peut-on déterminer une nomenclature originelle de l’orchestre arabo-andalou ? Peut-on historiciser son évolution ? Quel impact sur la musique y a-t-il eu après l’introduction des instruments européens au XXe siècle (mandoline, guitare, piano, banjo, violoncelle, …) ? Et quelles mutations ont connu les instruments traditionnels alors ?

Une thématique aussi vaste et aussi intéressante se veut être abordée sous différents angles : récit historique, citation littéraire, iconographie musicale, contexte socio-cultuel, étude organologique, répertoire musical, techniques instrumentales, etc.

Salim DADA, compositeur, artiste, musicologue

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *