Une alternative aux sachets en plastique

Pour réduire la consommation de sacs en plastique au quotidien, l’association «Amel El Hayet» des malades cancéreux de Ghazaouet a eu une ingénieuse idée : offrir aux citoyens des sacs pour le pain, propres, solides, durables et réutilisables.

En effet, samedi dernier, plus de 600 sacs en tissu ont été distribués par les membres de cette association dans la grande place de la ville, a-t-on appris du président de l’association «Amel El Hayet», Guermat Mustapha, qui a souligné que «les habitants de Ghazaouet sont confrontés à des excès des sacs en plastique, et même la mer est noyée sous le plastique ! C’est pour cela que nous avons décidé de lutter contre la prolifération plastique dans notre ville. Un sac plastique sert en moyenne 20 minutes pour les courses, puis finit souvent comme sac poubelle, il est une véritable nuisance pour l’environnement.

Cet usage unique puis cette fin dans nos déchets posent de réels problèmes aux malades cancéreux et à toute la population, et nous avons donc acheté du tissu d’une unité de fabrication à Bejaia et c’est Texalg-Soitine de Nedroma qui nous a fabriqué ces sacs en tissu pour mettre fin à cette situation de pollutions plastiques et de sachets qui jonchent l’espace public.

Ces sacs sont facilement recyclables et réutilisables, c’est-à-dire des sacs fabriqués à partir d’une seule matière servant plusieurs fois. Ces sacs sont pratiques et réutilisables. Conscientisons les citoyens de notre ville à éviter l’utilisation de sacs de plastique et à réduire l’impact de leur utilisation. Nous comptons même renouveler cette initiative pour mettre en œuvre des sacs d’épicerie, ou de magasinage propre, pour éviter la surconsommation de sacs en plastique et améliorer l’environnement ».

Par ailleurs, M. Omar El Bachir, membre actif de cette association, a révélé que l’association « Amel El Hayet » compte interpeller les pouvoirs publics sur la nécessité d’une étude scientifique de bio-surveillance des polluants, qui doit être menée par le centre national de toxicologie et l’office national des statistiques afin de mesurer les effets des polluants sur les populations car, selon lui, de nombreux citoyens de la région de Ghazaouet sont aujourd’hui cancéreux, car ils étaient exposés durant des années aux fumées toxiques.

Khaled Boumediene (Le Quotidien d’Oran).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *