Boulfène, un site naturel et touristique sous-exploité

Dans la wilaya de Tlemcen, bon nombre de lieux naturels et touristiques sont souvent inconnus des habitants et sous-exploités. Dans la localité des Ouled N’har, plus précisément à Sidi Djillali (50 km, au sud du chef-lieu de la wilaya de Tlemcen), le beau site naturel de Boulfène est livré à lui-même alors qu’il est riche en bio-diversité et regorge de sources d’eau. Situé sur les hauteurs de la ville de Sidi Djillali, cet endroit paradisiaque avec ses reliefs verdoyants, ses cours d’eau limpides et arbres centenaires n’est, malheureusement, pas utilisé à bon escient par la direction du Tourisme et les autorités locales de Sidi Djillali.

A cet égard, une délégation composée de M. Hamel Belkheir (vice-président de l’APW), Benahmed Mohamed (membre de l’APW), Djebbour Abdelmadjid (membre de l’APW) et Chibane Omar (membre de l’APW), s’est rendue, jeudi dernier, sur les lieux de ce grand potentiel naturel et touristique ignoré.

«Je suis vraiment épaté par la beauté du panorama qu’offre cet endroit. Nous ne devons pas nous occuper uniquement du tourisme balnéaire, il y a, aussi, le tourisme en montagne qui présente un vaste potentiel de produits touristiques.

Ce lieu, comme d’ailleurs ceux de Sabra, Béni-Snous, Ain Fezza, Terny, Ain Ghoraba et tant d’autres endroits de la wilaya, peut attirer plusieurs centaines de visiteurs qui sont à la recherche de plaisir et d’évasion. Nous ferons tout notre possible pour convaincre le wali et la direction du Tourisme sur l’importance de ce magnifique site qui doit être le plus tôt possible valorisé.

Nous n’avons aucun doute que notre Assemblée populaire de wilaya incitera les services concernés pour l’élaboration d’un plan d’aménagement concret pouvant donner un rayonnement plus étendu à ce site naturel et c’est aussi le cas pour d’autres sites touristiques similaires. Nous pensons qu’il est grand temps de dévoiler, au grand public, les contrastes exceptionnels des paysages naturels, historiques, touristiques et culturels de toutes les localités de notre wilaya» a indiqué M. Hamel Belkheir, vice-président de l’APW.

De son côté Dr. Djebbour Abdelmadjid, membre d’APW, a souligné que «cet espace naturel qui peut être facilement accessible à pied, à vélo, ou en voiture… peut, non seulement, servir au public et les visiteurs étrangers pour les randonnées pédestres, mais aussi, représente un fort potentiel touristique pouvant contribuer au développement socio-économique de la région, à condition qu’il soit pris en charge sur le plan des commodités et des équipements, l’aménagement de petits parkings à la lisière de la forêt, l’ouverture des pistes et la mise en place de mobiliers adéquats pour les visiteurs».

Par ailleurs, M. Benahmed Mohamed nous a révélé que «ce vaste espace naturel de Boulfène, plein de sources et d’espèces végétales, s’étendant jusqu’à la vallée de Khémis Béni Snous, devait être retenu, il y a longtemps, dans le cadre du projet de la forêt modèle, à l’instar des forêts de Tlemcen et Honaine, mais depuis, aucune suite ne lui a été, malheureusement, réservée.

Le premier problème qui doit être réglé pour permettre l’accès des visiteurs à cet endroit, c’est la réhabilitation de la route qui dessert ce lieu et qui relie Sidi Djillali à Maghnia. Les voitures ont, de plus en plus, de mal à circuler sur cette route détériorée et à accéder au site de Boulfène. Un tronçon qui relie Sidi Djillali à Kariat Sidi Lakhdar de cette route a été bitumé, mais, maintenant il faudrait relancer les travaux jusqu’à la ville de Maghnia pour l’essor socio-économique de cette localité de Sidi Djillali et pour permettre aux citoyens d’admirer le contraste exceptionnel de ces paysages naturels».

Khaled Boumediene (Le Quotidien d’Oran).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *