Un autre casse-tête à la frontière

Le groupement territorial de la Gendarmerie nationale de Tlemcen a saisi près de 5,18 tonnes de kif traité, 6.821 comprimés psychotropes, et 369 grammes de cocaïne, selon le bilan des cinq mois de l’année en cours présenté à l’occasion d’une journée portes ouvertes inaugurée par le wali de Tlemcen, Benyaiche Ali, et le président de l’APW par intérim, Acimi Sidi Mohamed, jeudi dernier à la maison de la culture Abdelkader Alloula de Tlemcen.

Les saisies de drogue sont en baisse par rapport à 2017 où on a enregistré durant la même période de l’année dernière la saisie de 11, 88 tonnes de kif traité, 710,58 grammes de cocaïne et 12 568 comprimés psychotropes.

Cette baisse spectaculaire peut s’expliquer «par la stratégie mise en place dans le cadre de la lutte contre le trafic de drogue, le resserrement de l’étau sur l’activité des narcotrafiquants et des contrebandiers, ainsi que le démantèlement de plusieurs réseaux plus ou moins organisés qui activaient de part et d’autre des frontières», a déclaré le commandant du Groupement territorial de la Gendarmerie nationale de Tlemcen, le colonel Abdelkader Boukhalda, qui a en outre précisé que plusieurs prises exceptionnelles de drogue ont été réalisées par la gendarmerie depuis le début de l’année 2018. 200 kilogrammes de cannabis saisis le 10 février dernier et 280 kilos saisis le 9 juin dernier. Les services de la Gendarmerie nationale ont traité dans ce cadre 148 affaires criminelles. Près de 239 personnes ont été interpellées dont 149 mises sous mandat de dépôt.

Par ailleurs, plusieurs opérations de lutte contre l’immigration clandestine ont été menées par les gendarmes de Tlemcen, qui ont interpellé près de 1.195 personnes dont 89 ont été refoulées vers leurs pays. Il faut souligner que le phénomène de l’immigration clandestine prend de plus en plus de l’ampleur. Des opérations de contrôle toujours délicates, pour lesquelles la Gendarmerie nationale œuvre avec fermeté et dans le respect de la dignité humaine.

Béni-Boussaid, Baba El Assa, Marsa Ben M’Hidi, El Abed et Maghnia, sont des points de passage stratégiques pour les centaines de migrants qui, chaque jour, tentent de franchir clandestinement les frontières algéro-marocaines. C’est aussi à ces endroits que les autorités marocaines expulsent les migrants en situation irrégulière sur leur sol, les renvoyant de leur pays vers le territoire algérien. Ces expulsions collectives se déroulent ainsi en toute illégalité, sans contrôle, souvent sans décision judiciaire, sans aucun respect des dispositions des droits des migrants, qui sont abandonnés en situation de grande précarité au Maroc. Ils sont entassés dans des camions puis reconduits vers la frontière algérienne où ils sont abandonnés à leur sort et contraints à franchir la ligne de frontière. Une fois sur le sol algérien, ces migrants subsahariens bénéficient d’une prise en charge sanitaire et psychologique non seulement de la part des autorités algériennes mais aussi de la population qui leur apporte aide et assistance partout où ils sont rencontrés dans les villes algériennes et dans les zones rurales.

Les gendarmes de Tlemcen ont également traité 16 affaires de traversée de la mer vers l’Espagne par des migrants et interpellé 45 personnes de différentes nationalités.

A noter que lors de la journée portes ouvertes le public a pu découvrir les différentes activités et l’étendue du savoir-faire des gendarmes à travers des stands réservés à l’exposition du matériel utilisé pour les différentes missions que mène la Gendarmerie nationale, allant des moyens mis en œuvre et les techniques utilisées dans le traitement des différentes affaires criminelles jusqu’à ceux utilisés pour les campagnes de sensibilisation sur les dangers de la route, la drogue, et autres prestations.

Des simulations de «réaction à l’agressivité», de protection des personnalités «VIP» et l’utilisation des chiens policiers pour la recherche de drogue ou d’armes à feu ont été présentées aux visiteurs. Ces démonstrations, menées avec célérité et efficacité, démontrant les capacités d’intervention des gendarmes pour la sécurité des citoyens et la protection des biens, ont été fortement applaudies.

Khaled Boumediene (Le Quotidien d’Oran).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *