Le centre-ville sera relooké

Une étude de réaménagement de l’espace urbain du centre-ville de Tlemcen sera lancée dès l’achèvement des travaux de réhabilitation des réseaux d’AEP, assainissement, gaz naturel, téléphone et électricité dans les artères du cœur de la ville, notamment au niveau de la rue de Paris, la Paix, Djaber, Abdeldjebbar, Fellaoucène et Ibn Khamis, a-t-on appris auprès du wali de Tlemcen, Benyaïche Ali, qui s’est exprimé, lors d’une brève entrevue, sur sa volonté d’améliorer le cadre de vie des riverains et changer le visage du centre-ville de Tlemcen.

Selon le chef de l’exécutif, ce projet d’envergure répond au besoin de réaménager l’espace urbain pour attirer davantage de touristes et de visiteurs dans la capitale des Zianides, lutter contre l’encombrement du centre, de gérer les problèmes de stationnement et de réguler les flux de circulation.

« Il nous a fallu beaucoup de courage pour lancer les travaux de réhabilitation des secteurs de l’ancien centre-ville, qui comportait des réseaux d’écoulement d’eaux usées inadaptés et en mauvais état, qui dataient de plus de 150 ans.

C’étaient des travaux très difficiles car ils touchaient le cœur même de l’ancien bâti où l’on craignait les affaissements ou tassements pouvant provoquer des désordres ou des fissurations aux habitations environnantes.

Et d’ailleurs, je tiens à remercier tous les riverains et commerçants de ces ruelles et avenues pour leur compréhension, et qui ont fait preuve de patience face aux désagréments causés par les travaux de creusement, de pose de nouveaux réseaux plus adaptés et du bitume.

Nous avons en outre engagé de nombreuses opérations d’embellissement, de réhabilitation des jardins et espaces verts d’El Hartoun et Grand Bassin. De même, nous avons lancé l’aménagement de nombreux ronds-points avec jets d’eau et lumière dans la ville de Tlemcen et les agglomérations urbaines environnantes de Mansourah et Chetouane, qui font partie elles aussi du Grand Tlemcen », a indiqué le wali.

Il faut souligner dans ce cadre que les visiteurs de passage dans le centre-ville de Tlemcen, qui arrivent par la nouvelle gare routière au nord de la ville, tombent avec émerveillement nez à nez avec les ronds-points qui donnent un cadre esthétique et harmonieux par leurs décors et leurs floralies à la cité des Oliviers, des Amandiers, des Cerisiers et aux avenues et boulevards de Bab Wahran et l’allée des Pins.

Selon le wali, le rond-point très attractif de Bab Wahran, qui attire la curiosité de nombreux citadins, a été aménagé à titre gracieux par la société Green Art Management (GAM). Ce prototype aux floralies embellissantes et faciles à entretenir, ajoute notre source, a retenu l’attention du wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, qui a fait appel à cette société pour lancer des aménagements similaires dans plusieurs sites de la ville d’Alger.

Aujourd’hui, la ville de Tlemcen a besoin d’une véritable politique pour gérer le stationnement et régler le problème du bal incessant des voitures.
Il faut le dire, les riverains, les usagers et les commerçants qui accèdent au centre-ville ne trouvent pratiquement pas de places de stationnement.
Il est temps d’offrir des solutions adaptées aux déplacements dans le centre-ville. La création par exemple de parkings permettra d’aspirer les véhicules stationnés sur les avenues et places du centre-ville.
Il faut également rendre aux piétons le centre-ville, notamment le centre historique, qui grouille de monde, par une vaste opération de piétonnisation qui doit être accompagnée par la mise en place d’un réseau spécifique aux déplacements des piétons et des voitures.

Khaled Boumediene (Le Quotidien d’Oran).       

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *