Céramig Ghazaouet, une entreprise en pleine expansion

IMG-20130108-00872

La société nouvelle de la céramique sanitaire de Ghazaouet est un exemple d’entreprise en matière de développement durable. Sa politique de croissance qui tend à moderniser l’ensemble de l’outil de production a franchi la première étape qui a concerné la mécanisation de l’atelier de façonnage. Ce dernier a été doté de machines à collage sous pression modernes, pour un montant de  20 milliards de centimes.

La seconde étape concernera l’atelier de cuisson. La  modernisation de cet atelier consiste en l’acquisition d’un four nouvelle génération pouvant absorber l’ensemble de la production journalière-future soit 3000 pièces/ jours avec une moindre consommation énergétique. Le coût de cet investissement avoisine les 25 milliards de centimes.

Selon le directeur technique M Zerouali Fethi , « Cette transition, l’automatisation de l’outil de production, est  un passage incontournable pour l’avenir de l’entreprise afin de  se positionner sur le marché national et affronter la concurrence déloyale qui y règne .

Dans cette perspective et dans le cadre de sa mise à niveau, l’entreprise  se donne des moyens  énormes pour exécuter son plan d’investissement qui s’étale jusqu’en 2017 et qui vise la réhabilitation, la modernisation et l’extension de l’entreprise afin accroître sa  production.

Selon toujours notre interlocuteur, d’ici la fin du processus de modernisation l’entreprise aura injecté quelque 360 milliards de centimes pour sa mise à niveau. ” L’objectif  primordial de cette opération de modernisation est d’assurer la pérennité de l’entreprise et par ricochet préserver  l’emploi à quelque 400 ouvriers . Face à une concurrence souvent déloyale et préjudiciable  à l’activité de notre entreprise, la seule alternative qui s’offre à nous pour garantir la pérennité de l’entreprise et maintenir l’emploi  est de se positionner sur le marché local avec un produit de meilleur qualité à un prix compétitif. Pour ce faire,  la modernisation de l’outil de production est nécessaire. Celle-ci   vise l’augmentation de  la production à moindre coût pour maintenir un prix concurrentiel nous permettant de s’imposer sur le  marché  national   et  éventuellement ouvrir des perspectives à l’export » explique M Abderrachid Nemiche le DG de l’entreprise.

Si la robotisation de l’entreprise est une étape incontournable pour se hisser à la pointe de la productivité et la compétitivité, comme l’avait souligné le DG, il n’en demeure pas moins que certains travailleurs notamment ceux qui n’ont aucune qualification, n’ont pas manqué d’exprimer   leur inquiétude quant au maintien de leur emploi.

A ce sujet le DG rassure que contrairement à ce qu’on pense, robotisation veut dire   suppression de poste,  la démarche de modernisation  engagée par CERAMIG  crée de nombreux débouchés, notamment dans les  spécialités inhérente à leur activité.

«La robotisation ne  signifie pas suppression de postes d’emploi. D’autant plus que la préservation des postes de travail  et la création de nouveaux  demeure l’un des objectifs principaux de l’entreprise. D’ailleurs Nous comptons recruter, d’ici la fin du processus, une cinquantaine de travailleurs”, rassure le DG de l’entreprise

Et de conclure « La robotisation implique une augmentation de la productivité .La production va doubler, nous allons passer de 400 000 pièces, production actuelle, à 800 000 pièces et surtout nous allons  placer sur le marché un produit de meilleure qualité  avec le maintien du prix si non à moindre coût, un produit en mesure de concurrencer les produits de l’importation qui proviennent de l’Egypte, de l’Inde et de la Chine”.

30 ans jour pour  jour, après son installation à la tête de l’entreprise de la céramique de Ghazaouet, le DG Abderrachid Nemmiche, reçoit de la main du ministre,  de la PME et de la promotion de l’investissement, M Chérif Rahmani, le premier prix de la qualité. Une distinction qui selon certains employés de l’entreprise traduit une gestion responsable.  Pour le DG,  ce prix  est l’effort de plusieurs années de travail de toute une équipe.

Que représente pour vous cette récompense ?

En fait, cette consécration est celle de toute une équipe. D’ailleurs, je saisi cette occasion pour féliciter l’ensemble des travailleurs  dont  le travail constant et les efforts fournis a rendu possible cette distinction. Ce premier prix  traduit donc, l’aboutissement d’un long processus engagé depuis des années et qui visait principalement l’amélioration de la qualité et la quantité de nos produits. Un processus qui nous permet aujourd’hui de fournir des produits de qualité  selon des procédures et des normes requises. Nous sommes à notre deuxième participation, l’année écoulée nous avons obtenu le prix du jury, une nomination qui nous a encouragés à améliorer davantage nos processus de qualité et de s’imposer sur le marché national malgré une concurrence, souvent  déloyale.

Maintenant la qualité de vos produits est  reconnue, quels sont vos objectifs pour l’avenir ?

Notre objectif primordial est d’assurer la pérennité de l’entreprise. Pour cela il faut évidemment développer nos processus pour  améliorer notre produit tant sur la qualité que sur la quantité. Le CPE (conseil des participations d’état) nous a accordés une aide de 350 milliards de centimes pour la réhabilitation et la mise niveau de l’entreprise.

Nous avons déjà procédé à la mise à niveau de l’atelier  de coulage. A titre d’exemple avec l’ancien système  le moule en plâtre effectue 80 coulées avant d’être remplacé par un neuf ; avec le nouveau système le moule en résine produit 25000 coulées.la différence est de taille. Et,  en plus de l’amélioration  de la  quantité et de  la qualité, on enregistre   une réduction notable  de l’impact sur l’environnement. Les machines, pour la fabrication des WC anglais, les lavabos et réservoirs, rentrent en production durant le  premier trimestre 2013. Donc la robotisation de l’entreprise est une étape incontournable pour se hisser à la pointe de la productivité et la compétitivité.

Mais cette robotisation ne va-t-elle  pas induire une suppression de postes d’emploi ?

La robotisation ne  signifie pas suppression de postes d’emploi. D’autant plus que la préservation des postes de travail  et la création de nouveaux  demeure l’un des objectifs principaux de l’entreprise. Par contre la robotisation implique une augmentation de la productivité .La production va doubler, nous allons passer de 400 000 pièces, production actuelle, à 800 000 pièces et surtout nous allons  placer sur la marché un produit de meilleure qualité  avec le maintien du prix si non à moindre coût, un produit en mesure de concurrencer les produits de l’importation qui proviennent de l’Egypte, l’Inde et la Chine. Aussi, une bonne partie de cette production qui sera de meilleure qualité va être destinée à l’exportation. Donc la mise à niveau de l’entreprise aura avant tout pour conséquence l’augmentation des salaires des employés.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *