C’est parti pour la grande fête de la musique andalouse

En cette fin d’année 2016, l’antique capitale des Zianides, Tlemcen, s’est donné un rendez-vous de huit jours (du 22 au 29 décembre) avec la grande fête de musique andalouse.

Il faut le souligner, cet important festival national visant à sauvegarder et valoriser le riche héritage culturel et artistique de cette musique, a démontré de nouveau la grande passion du public pour cette expression musicale andalouse très appréciée dans la ville de Tlemcen, qui fut marquée et dominée durant presque un siècle par la stature du virtuose et maître El-Hadj El-Larbi Ben Sari, dont la personnalité et le répertoire musical sont restés comme un vrai symbole de la musique andalouse tlemcénienne.

Les amoureux de la musique andalouse ont trouvé tout leur bonheur, jeudi dernier, à l’occasion du coup d’envoi de ce festival dénommé cette année «Hadrat Andalus Tilimsen», donné par le wali de Tlemcen, M. Saci Ahmed Abdelhafid, au palais de la culture «Abdelkrim Dali», dans une ambiance des grands jours.

Lors de cette soirée riche en émotions, la belle programmation a débuté par une interprétation éclatante de l’association culturelle «Cheikh Mustapha Belkhodja» de la ville d’Oran.

L’orchestre dirigé par Rifal Mahmoud Kalfat, a exécuté une nouba «Rafdeddil», avec alto, kouitra, r’beb, luth, mandoline, tarre et derbouka. Il gratifiera le nombreux public d’une série d’extraits de la touchia, mssadar, btayhi et darj. Un premier «insiraf», «istikhbarmoual», a été présenté par le talentueux Rifal Mahmoud Kalfat. Un deuxième «insirafmakhless» et une «wasla andaloussia gharnatia», ont été présentés par l’orchestre «Cheikh Mustapha Belkhodja», composé des musicologues, Kalfat Anis, Kalfat Refki, Belkhodja Reda, Belkhodja Hadj, Belkhodja Nabil, Djermouni Nabil, et Allal Ismet.

Il est à rappeler que cette association a été créée le 18 décembre 1997 par des musiciens chevronnés et spécialistes de l’école de Tlemcen dont les enfants et neveux de Cheikh Mustapha Belkhodja, qui a décroché la médaille d’or lors du 1er festival de musique classique algérienne (Alger 1967) par son jeu exceptionnel au Rebeb. Cette association est présidée par Dr Amine KALFAT, principal élève du Cheikh Mustapha Belkhodja, tandis que l’orchestre est sous la direction de M. Rifel Mahmoud KALFAT. L’association a pour but de promouvoir l’œuvre artistique du défunt Cheikh.

A noter que de nombreuses troupes musicales du pays figurent au menu du programme de ce festival, organisé sous le haut patronage du wali de Tlemcen, et qui rend hommage au grand maître El-Hadj El-Larbi Ben Sari.

L’on peut citer les associations : Mohammed Rais (Bejaia), Inchirah (Constantine), El-Andaloussia (Sidi Bel Abbes), Gharnata (Tlemcen), Redouane Bensari (Sidi Bel Abbes), Ibnou Bahdja (Mostaganem), El Mouahidia (Nedroma), Kortobya (Tlemcen), Mohammed Bouali (Tlemcen), Nassim El Andalous (Oran), Ryad El-Andalous (Tlemcen), SLAM (Tlemcen), Ahbab Cheikh Larbi Bensari (Tlemcen), et Awtar Tilimssen (Tlemcen).

Le programme comporte en outre des conférences sur la musique andalouse : «Du Zedjel au Melhoune» (le musicologue Abdelkader Bendaameche), «Appellation Gharnati du patrimoine de Tlemcen» (le musicologue Yahia Ghoul), «Evolution de la nouba avec regard sur le mode Zidane» (le musicologue Salah Boucli Hassane), et «Augustin et la pensée musicale antique du Maghreb central» (l’ethnomusicologue Rachida Rostane).

Khaled Boumediene (Le Quotidien d’Oran).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *