Un chantier au centre-ville et des désagréments

La modernisation des réseaux d’assainissement et des canalisations d’eau potable du grand Tlemcen (Mansourah, Chetouane et Tlemcen) figure en tête des priorités de la wilaya de Tlemcen, qui vient de lancer, récemment, une opération de rénovation de quelque 3 km de réseaux d’assainissement des ruelles Chahid Dr. Damerdji Tidjani (ex-rue de Paris), bataille Fellaoucène, La paix, Frères Abdeldjebbar, Chahid Commandant Djaber et Ibn Khamis, de la vieille cité de Tlemcen, qui connaissent, aujourd’hui, une situation de dégradation, a-t-on appris lors d’une brève entrevue avec Abdelkader Meksi, directeur des Ressources en eau de Tlemcen.

«Ces réseaux d’écoulement d’eaux vannes et ménagères, inadaptés et en mauvais état, et constitués d’anciennes pierres de taille datant de plus de 150 ans, et le manque d’entretien des canaux de forme ovoïdale de ces vieux quartiers de Tlemcen sont à l’origine de nombreuses conséquences fâcheuses de tassements fréquents enregistrés sur les chaussées de certaines artères. Ces équipements très dégradés et incompatibles avec les exigences de qualité et les objectifs du service n’ont jamais fait l’objet de travaux de rénovation ou de modernisation», indique notre interlocuteur.

Et d’ajouter : «Le coût total de cette première opération d’assainissement et d’AEP est de l’ordre de 200 millions de dinars (dont 86 millions de DA, pour l’assainissement), prélevés sur le programme sectoriel des ressources en eau, en attendant l’aboutissement des études générales des réseaux d’assainissement et d’AEP du groupement de Tlemcen, afin d’entamer des opérations similaires de modernisation et de rénovation des réseaux et ce, à l’instar des grandes villes du pays». M. Meksi a souligné, en outre, que «les travaux ont été confiés à une entreprise spécialisée dans ce domaine et capable de réussir cette difficile opération, en l’occurrence la « Sogherwit d’Abou Tachfine », qui dispose des moyens humains, techniques et d’un savoir-faire importants. Les travaux de creusement des tranchées et de pose de conduites d’assainissement en béton de diamètre 1.000.

Les travaux de rénovation de ces équipements et d’avaloirs ont imposé la mise en place d’un nouveau remblai en matériaux nobles pour la normalisation des voiries desservant les pâtés d’habitations contigus de cette partie du centre-ville de Tlemcen.

Pour les canalisations d’AEP, le choix a été porté sur le matériau du PEHD et la prise en charge de la totalité de la rénovation des branchements particuliers. Les travaux toucheront également, la rénovation des réseaux de gaz naturel».

Notre interlocuteur a, par ailleurs, affirmé que les opérations de rénovation des réseaux, en général, demeurent aujourd’hui, la préoccupation des pouvoirs publics, d’autant plus que le défi de mobilisation des ressources en eau et l’approvisionnement de toutes les localités de la wilaya a été relevé et ce, grâce à la réalisation des deux barrages de Boughrara et Sikkak, d’une capacité totale de près de 200 millions de m³, avec leurs systèmes de traitement de production et de traitement d’eau, des 2 stations de dessalement de Honaine et Souk Tleta, produisant plus de 100 millions de m³ avec leurs systèmes de transport «aval» ainsi que le raccordement de 44 communes (sur les 53) de la wilaya.

Notons que de nombreux riverains du centre-ville ont déploré les nuisances provoquées par les travaux en cours de réalisation sur la rue Chahid Damerdji Tidjani (ex-rue de Paris). Selon eux, certains arbres plantés sur les trottoirs ont été totalement arrachés et d’autres abîmés par les pelles hydrauliques d’excavation et les camions de transports des déblais et de matériaux de ce chantier.

Khaled Boumediene (Le Quotidien d’Oran).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *