Cinq milliards de dinars pour les projets en souffrance

Les autorités de la wilaya sont décidées à se libérer des dettes contractées dans les différents projets d’investissement réalisés à Tlemcen et à résorber l’épineux problème des crédits de paiement qui se pose avec acuité aux maîtres d’œuvre dans cette conjoncture d’austérité.

A cet effet, près de 5 milliards de dinars ont été débloqués pour procéder au paiement des situations des projets en souffrance, notamment ceux du centre anti-cancer de Chetouane et du tribunal de Maghnia, a-t-on appris auprès du secrétaire général de la wilaya de Tlemcen, Amieur Mohamed.

«La wilaya de Tlemcen est l’une des premières qui a commencé à payer ses dettes et ce, en application de l’instruction du ministre des Finances relative à la mise en œuvre des dispositions de l’article 120 de la loi de finances pour 2017 et les mesures transitoires mises en place pour son application. Les nombreuses réunions du wali avec les parties concernées, dont la direction de l’administration locale et la direction des infrastructures et équipements, nous ont permis de connaître la situation globale des crédits de paiement et de mettre les modalités pratiques, pour apurer les dettes au fur et à mesure, dans 22 directions y compris l’université, en tenant compte du plafonnement des crédits et de la rigueur qui nous sont imposés par cette instruction ministérielle», a expliqué notre interlocuteur.

Aucune entreprise ne sera épargnée, ajoutera-t-il. «Nous demandons aux maîtres d’œuvres et entreprises de réalisation de patienter. Toutes les contraintes qui sont à l’origine de cette situation seront levées afin de sauvegarder les emplois dans ces entreprises et maintenir la dynamique du développement local dans notre wilaya. Nous devons, en outre, consommer tous les crédits afin de bénéficier d’autres dotations et sources de financement pour le lancement de nouveaux projets comme l’exige le ministère des Finances», a expliqué le secrétaire général de la wilaya.

Il souligne dans ce contexte que «les besoins exprimés par les maîtres d’œuvres de la wilaya sont estimés à près de 54 milliards de dinars pour la couverture 2017».

Par ailleurs, M. Amieur indique que le ministère des Finances va bientôt dégager par le biais du ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, des enveloppes financières pour le paiement des crédits des opérations d’aménagement réalisées dans les cités urbaines relevant de l’OPGI.

Khaled Boumediene (Le Quotidien d’Oran).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *