Grand colloque international sur le défunt Président Ahmed Ben Bella

(FILES) Picture taken on November 5, 2001 of former Algerian President Ahmed Ben Bella and his wife, Zohra, posing during an interview with Agence France Presse in Beirut, where the former leader attended on the weekend an anti-globalization conference. The first president of independent Algeria, Ahmed Ben Bella, died on April 11, 2012 in Algiers at the age of 96, state news agency APS reported, citing members of his inner circle. AFP PHOTO/Joseph BARRAK

Par Khaled Boumediene

Le palais de la culture « Abdelkrim Dali », abritera les 4 et 5 décembre 2016 un grand colloque international consacré au défunt Ahmed Ben Bella pour commémorer le 100e anniversaire de la naissance du premier président de l’Algérie indépendante.

Au cours de cette rencontre organisée par l’Université Aboubekr Belkaid de Tlemcen en collaboration avec l’APW, sous le thème : « Ahmed Ben Bella dans ses dimensions nationale et internationale », des universitaires et historiens nationaux et étrangers ainsi que des personnalités ayant côtoyé le regretté évoqueront autant d’aspects de la vie, de la personnalité, la formation, la présidence de l’Algérie indépendante, et la portée mondiale et les contributions du grand Moudjahid Ahmed Ben Bella dans les mouvements de la paix.

Selon les organisateurs, cette rencontre vise à faire découvrir l’histoire militante du défunt Président Ben Bella, ses contributions dans le mouvement national et dans la guerre de libération tout mettant en exergue sa place sur la scène mondiale et ses contributions politiques, intellectuelles et humaines au niveau des instances, organisations territoriales et mondiales.

Plusieurs communications ayant trait à la visite historique du défunt au Liban, les conflits internes au nationalisme radical algérien et le processus réel, les représentations politiques, ainsi que la construction historiographique, seront présentées lors de cet événement et ce, en présence du Wali de Tlemcen, Saci Ahmed Abdelhafid, dont tout le mérite lui revient pour l’organisation pour la première fois en Algérie d’une rencontre sur le défunt Ahmed Ben Bella d’une telle envergure.

Outre la projection d’un film documentaire retraçant le parcours du défunt, un hommage à sa fille, une exposition de photos, et des remises de prix aux lauréats du concours du meilleur ouvrage sur la vie d’Ahmed Ben Bella et de la meilleure recherche sur sa vie et son combat, la célébration de ce centenaire prévoit également l’inauguration de la bibliothèque des sciences humaines et sociales de l’Université de Tlemcen, qui portera le nom d’Ahmed Ben Bella, et d’une statue à la place du 1er mai au centre-ville de Tlemcen en hommage au défunt. Cette sculpture a été soigneusement conçue et réalisée par des artistes italiens.

Parmi les participants invités, on compte le Ministre de la justice, garde des sceaux, Tayeb Louh, le Ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, le Ministre chargé des affaires maghrébines, de l’union africaine et de la ligue arabe, Abdelkader Messahel, l’écrivaine malienne et femme politique, Aminata Drouman Traoré, et l’altermondialiste et sociologue suisse de l’Université de Genève, Jean Zigler, l’ancien diplomate, Othmane Saadi, le professeur de l’Université d’Alger, Mustapha Nouisser, le professeur libanais Maan Bachour, l’ancien directeur du centre de recherche, Dr. Djamel Yahiaoui, et MM. Menasria Youcef et Abdelmadjid Boudjella de l’Université de Tlemcen.

Né à Maghnia (Tlemcen) le 25 décembre 1916, Ahmed Ben Bella fut un l’un des membres fondateurs du CRUA, à l’origine de la création du FLN et un élément actif du déclenchement de la guerre de libération.

Ce sous-officier de l’armée française est bouleversé à son retour en Algérie en 1945 par l’ampleur de la répression française des manifestations d'”indigènes”. Il rejoint alors le Parti du peuple algérien, rebaptisé Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD) et devient membre de sa troupe de choc, l’Organisation spéciale (OS).

Ahmed Ben Bella se distingue alors en organisant le hold-up de la poste d’Oran pour remplir les caisses de son parti. Arrêté en 1950 et condamné à 7 ans de prison, il s’évade de la prison de Blida en 1952 et rejoint un premier noyau de dirigeants nationalistes algériens installés au Caire.

Dans la capitale égyptienne, il se lie d’amitié avec le président Gamal Abdel Nasser, patron des “officiers libres”, qui deviendra son mentor politique et apportera un soutien multiforme à sa demande au soulèvement algérien. En novembre 1954, il est l’un des 22 chefs historiques initiateurs du Front de Libération Nationale (FLN) contre la France coloniale.

Il sera emprisonné en France, en compagnie de quatre autres responsables de la révolution, après le détournement de leur avion, le 20 octobre 1956.  Il ne sera libéré, avec les membres du FLN, qu’à l’indépendance. Premier président de la République algérienne indépendante jusqu’en 1965. Ben Bella se consacrera plus tard à la défense et au soutien des causes justes à travers le monde. Ahmed Ben Belle est décédé à l’âge de 95 ans, plus précisément le 11 avril 2012 à Alger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *