Dix jours après sa disparition: Pas de nouvelles de Nihal

ph Nihal

Plus de nouvelles de la petite Nihal Si Mohand, disparue depuis 10 jours, et plus les jours passent, plus le mystère autour de sa disparition s’épaissit.

La fillette qui accompagnait sa famille résidant à Oran, à une fête de mariage familial au village d’Aït Toudert (Ouacifs), à une quarantaine de kilomètres à l’est de la wilaya de Tizi Ouzou, est toujours introuvable.

C’est ce qui ressort des déclarations de Tayeb Louh, ministre de la Justice, garde des Sceaux, qui a indiqué, ce jeudi : «Nous n’avons toujours pas retrouvé la petite fille Nihal.» Et de souligner que l’enquête menée pour retrouver la fillette de trois ans a été élargie dans le cadre du plan d’alerte qui consiste à utiliser tous les moyens, y compris les médias.

«Immédiatement après les faits, le parquet compétent a ouvert une enquête avec la police judiciaire en lançant le plan d’alerte pour une plus large investigation», a-t-il précisé en marge de la cérémonie d’installation du président de la cour d’Alger et du procureur général près la même cour.

Le ministre a affirmé que l’opinion publique qui s’interroge sur le sort de la fillette se tiendra informée par le procureur de la République territorialement compétent. Louh a espéré un heureux «dénouement» concernant cette affaire «énigmatique».

Des questions se posent au sujet de cette disparition à la fois inquiétante et énigmatique. Est-ce qu’il s’agit d’une disparition accidentelle ou d’un kidnapping ? Aurait-elle eu un accident dans ce village inaccessible et isolé ? Serait-elle enlevée par des malfaiteurs ou des pervers ?

Aucun élément de réponse et aucune piste n’a, jusqu’à présent, été avancée par les services chargés de l’enquête. C’est le flou total, notamment avec l’absence d’informations pouvant apporter des éclaircissements.

Pour le moment, tout le monde est mobilisé pour retrouver la petite Nihal : les services de la gendarmerie, la Protection civile, les éléments de la police scientifique et quelque 300 citoyens de la région. Répondant à l’appel d’alerte de ses parents, des habitants des villages limitrophes ont agi comme un seul homme dans l’espoir de la retrouver saine et sauve.

Les recherches se poursuivent et le plan d’alerte élaboré pour faire face au phénomène d’enlèvement qui hante les familles algériennes a été activé. A noter qu’une réunion s’est tenue hier au village d’Aït Toudert où il a été décidé d’étendre les recherches à une vingtaine de villages de la région.

Une marche pacifique va également être organisée ces jours-ci dans le chef-lieu de wilaya de Tizi Ouzou, apprend-on.

Karima Adjemout (Le Temps d’Algérie).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *