Les employés de la DAS se mobilisent contre le silence de la tutelle

sit-in-des-employes-das sit-in-employes-das-2

Par Khaled Boumediene

Il y a un mécontentement grandissant parmi les employés de la direction de l’action sociale (DAS) de Tlemcen contre le silence de la tutelle, notamment les administrateurs principaux, les intendants principaux, les intendants et les administrateurs, qui ont organisé, jeudi dernier, un sit-in devant leur direction, située au sein de la nouvelle cité administrative de Bouhanak à Mansourah.

Ces derniers estiment qu’ils ont été grandement lésés par cette nouvelle réglementation relative aux modalités d’accès à un poste supérieur. Ils contestent le décret exécutif n° 16-101 du 14 mars 2016, fixant la liste des postes supérieurs des services extérieurs du ministère de la solidarité nationale, de la famille et de la condition de la femme, qui favorise, selon eux,  uniquement les psychologues, les éducateurs et les éducateurs spécialisés, au détriment des administrateurs.

Ces employés qui se sont rassemblés pendant toute la journée devant la porte d’entrée principale de la DAS pour s’opposer à ce décret exécutif, ont scandé leur mécontentement face au silence de la ministre de la solidarité nationale, de la famille et de la condition de la femme avec le slogan : « Oui à l’égalité des droits, non à l’injustice ». Ils cherchent à ce qu’il y ait une issue pour eux aujourd’hui : « Trop c’est trop ! Cela fait déjà plusieurs semaines que nous interpellons la ministre sur ces conditions d’accès injustes accordées à ces postes ainsi que la bonification indiciaire y afférente, en vain. Nous sommes grandement lésés par cette nouvelle réglementation relative aux modalités d’accès à un poste supérieur ! Nous voulons soit sa révision soit son annulation pure et simple, car cette réglementation nous sanctionne et nous prive de nos droits !

Pour un ancien administrateur et syndicaliste UGTA de la DAS de Tlemcen, qui conteste fermement cette réglementation qu’il considère comme injuste : « Le décret en question a été rédigé dans la précipitation, et par conséquent il n’accorde aucun droit à la promotion des administrateurs. En plus, il ne concerne que le service de l’administration générale et des moyens de la direction de l’action sociale. Les psychologues et éducateurs peuvent quant à eux prétendre à un poste supérieur dans les différents services de l’administration. Nous demandons seulement nos droits de promotion dans le travail. Le code du travail le spécifie clairement ! Il faut donc l’appliquer un point c’est tout ! Un décret exécutif ce n’est pas du Coran ! On peut le réviser et l’amender ! », se lamente-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *