Comment faire aimer la physique aux étudiants

Par Khaled Boumediene

C’est dans un amphi archicomble de la faculté des sciences de la rocade de Mansourah, et en présence du doyen Benguella Belkacem, du président du conseil scientifique, Tabti Boufeldja, et des enseignants des départements de physique et de chimie de la faculté des sciences, que le directeur général de la recherche et du développement technologique, Pr. Aourag Abdelhafid, a animé lundi dernier une conférence magistrale ayant pour thème «Les fondements de la physique revisités».

Arborant sa casquette d’ancien et imminent professeur de physique (2004 à 2006) à l’université «Abou Bekr» de Tlemcen, M. Aourag, en fin connaisseur a, d’emblée, posé une question lancinante aux étudiants de première année de ces deux spécialités : Est-ce que la physique est en crise ? Et un grand silence règne dans toute la salle. M. Aouarag a tenu à souligner, qu’ «un physicien s’interroge sur l’espace et le temps, et sur ce qui a donné naissance au monde et son évolution. Nous sommes au même niveau de nos connaissances depuis les cinquante dernières années, alors pourquoi la physique n’avance pas ? Pourquoi la physique n’a-t-elle pas évolué pour une meilleure perception du monde ?».

Puis il répond ironiquement à cette question : «il faudrait peut-être attendre un «messi» en physique comme celui du football, car comme vous le savez chaque 100 ans un génie de la physique voit le jour». M. Aourag s’est ensuite étalé sur la mesure, une grandeur de la physique permettant de détecter un théorème. «Un physicien doit savoir mesurer. La physique, c’est d’abord l’observation. Pour étudier un évènement physique dans l’espace chacun de nous sait les quantités qu’il mesure, qu’elles soient scalaires, ou vectorielles. C’est le premier pas d’une démarche scientifique. Le second pas consiste à repérer les grandeurs dans l’espace en fonction d’un référentiel. Un physicien qui ne sait pas mesurer, n’est pas un physicien !».

Abordant plusieurs questions, à savoir, le principe de l’impulsion, la conservation, la loi de la gravitation de Newton, le théorème de Noether qui a bouleversé les mathématiques en 1918, les axiomes, la révolution des hommes, les royaumes de la physique, la masse et l’énergie, et les nouvelles théories, l’auteur de plusieurs publications internationales dans le domaine de la physique, a indiqué que : «La physique est basée sur une loi dont elle peut contenir des théories permettant au différents chercheurs de construire des modèles, ce qu’on appelle la physique moderne. En physique il y’a qu’une seule loi, et dans une science la loi est au-dessus de tout. La théorie est l’explication de la loi. Une théorie peut être obsolète avec le temps ce n’est pas le cas pour une loi. La théorie est un processus évolutif et itératif, qui doit expliquer les phénomènes observés et prédire les phénomènes nouveaux. Arrive alors la théorie de la mécanique quantique. Une loi peut donner naissance à plusieurs théories, alors qu’une théorie peut donner naissance à plusieurs modèles, comme le modèle atomique, le modèle planétaire de Rutherford etc.».

Enumérant les différentes théories de la physique des particules (le techno-couleur), les théories de l’espace-temps, la théorie des twisteurs, la théorie de la relativité, les ensembles causaux, la supergravité, les translations dynamiques, la gravitation quantique à boucles, finira par dire, que «Tout le monde s’attend aujourd’hui à une théorie unifiée, qui regroupera toutes les théories existantes».

Après un débat très riche et des conseils enrichissants prodigués aux étudiants, M. Aourag Abdelhafid, a souligné à notre journal que : «Cette rencontre est purement pédagogique, je voulais donc donner un enthousiasme et la passion chez les étudiants pour leur redonner le goût de la physique, et de leur dire que la physique c’est facile.

La physique c’est des questionnements, c’est comment on doit appréhender ce monde, se poser les questions sur la création de cet univers, sur leur existence et sur leur évolution, et leur donner les fondements de la physique, les principes qui gèrent tous ces phénomènes de la nature et donc de leur inculquer dans l’esprit cet état de vouloir faire mieux, et de vouloir chercher la quête du savoir et de la connaissance».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *