Des familles «lésées» squattent des logements sociaux

L’affichage de la liste des bénéficiaires des 100 logements sociaux-locatifs tant attendue par la population de la commune d’Aïn Fezza, daïra de Chetouane, a été à l’origine d’un mouvement de protestation des mécontents qui ont envahi ces nouveaux logements pour exprimer leur opposition quant à leur exclusion de l’opération des recours de la commission de la daïra de Chetouane.

En effet, la tension était à son comble mercredi dernier devant les nouveaux immeubles des logements sociaux situés à la sortie est de la ville d’Ain Fezza, qui ont été envahis par 29 familles qui se disent lésées. Il a fallu l’intervention de la compagnie de la gendarmerie d’Ouled Mimoun, qui a déployé un important dispositif afin de parer à d’éventuels dérapages. Les exclus de la liste de recours, principalement des familles démunies, des veuves, des orphelins et victimes du terrorisme de cette commune située à 10 kilomètres à l’est du chef-lieu de Tlemcen, accusent les responsables en charge de l’étude des dossiers de recours de ces 100 logements de partialité.

Les familles ont également appelé au respect des critères d’attribution, en donnant notamment la priorité aux citoyens d’Aïn Fezza dont les demandes ont été déposées il y a plusieurs années, et réclamé l’intervention du wali pour le gel de la liste et la mise en place d’une commission d’enquête pour faire la lumière sur l’établissement de la liste des bénéficiaires par la commission de recours.

«C’est la première fois que l’Etat nous construit des logements sociaux ici à Aïn Fezza, mais des gens extérieurs à notre cité, qui ont déjà bénéficié d’actes de concession et d’aides à l’habitat rural, viennent nous priver de notre droit au logement. Ces logements sont le seul espoir pour nous et pour nos enfants. Si nous avons été contraints de les squatter, c’est pour attirer l’attention de monsieur le wali sur notre situation lamentable qui perdure depuis des années.

Certaines personnes introduites dans la liste des bénéficiaires par la commission de recours sont aisées et bénéficient même de terres agricoles et d’actes de concession. Elles peuvent construire sur leurs terrains et bénéficier d’aides financières mais, nous au contraire, nous n’avons aucun bien. Alors pourquoi nous ont-ils exclus de la liste des bénéficiaires ? C’est injuste !», ont indiqué des familles squattant les nouveaux logements sociaux d’Ain Fezza. Selon nos sources, le commandant de la compagnie de la Gendarmerie nationale d’Ouled Mimoun a appelé ces familles à la raison, en précisant que les autorités de la wilaya sont informées et que la législation en vigueur sera appliquée à la lettre pour ne léser aucun citoyen d’Aïn Fezza.

Khaled Boumediene (Le Quotidien d’Oran).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *