Forte tension sur le logement social

Un quota global de 26.000 logements a été distribué dans la wilaya de Tlemcen en 2018 et concerne tous les types d’habitat dont celui de la formule sociale qui se taille la part du lion. Pour l’année 2019, les autorités locales envisagent de remettre les clés à 11.290 autres bénéficiaires répartis à travers douze communes qui sont Ouled Mimoun, Sebra, Remchi, Ghazaouet, Sebdou, Bensekrane, Chetouane, Maghnia, Souahlia, Aïn Fezza, Mansourah et Tlemcen.
Pour les chantiers encore inachevés, les attributaires seront destinataires de pré-affectations. Une forte proportion de bénéficiaires habitera dans les cités avant le début du mois de ramadhan, les autres avant la fin de l’année en cours. Une opération de tirage au sort pour déterminer les étages sera organisée du 6 avril au 15 mai en présence d’un huissier et de tous les heureux locataires.
L’affichage des listes des logements sociaux a suscité à travers la wilaya et particulièrement à Sebdou et Maghnia, une levée de boucliers de ceux s’estimant lésés. Le wali a dû annuler plusieurs opérations de choix des candidats et instruire les chefs de daïra de procéder à de nouvelles enquêtes complémentaiares. Il s’est avéré que des dizaines de personnes déjà détentrices de biens immobiliers figuraient dans les listes des bénéficiaires, ce qui a laissé plané le doute sur l’intégrité des membres des commissions communales chargées d’instruire les dossiers. Parmi les personnes exclues, plusieurs ont été déférées devant la justice pour avoir introduit de faux documents dans les dossiers administratifs.
En ce qui concerne la formule AADL 2001 et 2013, le wali a annoncé que 1884 logements ont été distribués à Tlemcen (communes de Mansourah et Tlemcen) sur un quota de 2.600 logements réalisés par l’entreprise turque Dek In San Ltd. Les 716 autres seront remis le 5 juillet, date d’achèvement des travaux extérieurs. En 2020, il est envisagé la distribution de 6.871 autres logements AADL à travers plusieurs communes de la wilaya. Le constat global émis par les souscripteurs ayant payé 25 % du montant de leurs logements de type location-vente, est l’état déplorable du bâti AADL présentant de nombreuses malfaçons et des défauts grossiers, les obligeant à dépenser encore plus pour refaire la plupart des travaux.
Pour ce qui est du logement rural, on note l’affectation à ce jour de 8.750 habitations au profit principalement de fellahs et ce à proximité de leurs exploitations agricoles. D’autres terrains sont en cours de lotissement pour permettre de répondre à la forte demande exprimée dans les zones rurales.
Liberté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *