Les habitants du lotissement 476 logements réclament leur part de développement

Les habitants du lotissement 476 logements de Bouhannek dans la commune de Mansourah déplorent le manque d’équipements publics et d’aménagements dans leur quartier. En fait, ils réclament tout simplement leur part du développement.

Notre quartier est quelque peu désavantagé par rapport aux autres qui ont bénéficié de plusieurs programmes de développement en matière d’aménagement urbain » se désole un habitant.

Les ruelles et venelles du quartier sont dépourvues de trottoirs, du coup les piétions, les écoliers notamment, sont contraints d’emprunter la chaussée pour se rendre à l’école. Les habitants dénoncent aussi la défaillance de l’éclairage public et du ramassage des ordures ménagères. Ils se plaignent également du manque d’espaces verts et d’aires de jeux pour leurs enfants. Les lots réservés à cet effet n’ont jamais subi la moindre opération d’aménagement : aujourd’hui ils servent de décharges sauvages n’était-ce la vigilance des habitants mitoyens qui veuillent constamment à la propreté des lieux.

A priori, Les espaces verts ne sont pas une des composantes de l’aménagement du territoire et une priorité pour l’amélioration du cadre de vie du citoyen. L’exemple le plus frappant est celui d’un terrain vague situé à proximité de la mosquée. Le terrain en question a fait l’objet d’une étude technique pour son aménagement en espace vert et une enveloppe financière conséquente y a été dégagée, a-t-on appris des habitants.

Malheureusement cet endroit est actuellement un monticule de terre et de gravats. Une situation qui témoigne du comportement d’indifférence et d’abandon des responsables locaux vis-à-vis de l’environnement et du bien-être de leurs concitoyens.

Omar El Bachir (El Watan).      

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *