Jumelage Tlemcen-Lille : le partenariat entre dans sa phase active

La relance du partenariat multiforme entre Tlemcen et la ville française de Lille est entrée dans sa phase active avec la volonté clairement affichée du Président de l’APC Yazid Chérif Benmoussa de consacrer ses efforts à redorer le blason à ce projet qui lui tient à cœur. « Il y a deux mois dit, il, avec le Wali Mr. Ali Benyaïche, nous nous sommes rendus à Lille, capitale des Flandres, sur invitation de la maire Mme Martine Aubry avec laquelle nous avons engagés des discussions fructueuses autour des perspectives de relance et de renforcement de la coopération entre les deux municipalités. Les axes autour desquels ont porté les entretiens ont concerné entre antres, le volet culturel, le secteur de la santé pour faire de Tlemcen un véritable pôle régional, les énergies renouvelables, les nouvelles technologies de l’information et de la communication, les questions en rapport avec l’aménagement du territoire, l’agriculture, l’apport de l’université dans le processus de mise en valeur des idées novatrices pour hisser la ville sur un véritable piédestal.»
Le président de l’APC nous a appris que les débats se sont déroulés en présence de Mme Latéfa Cachemire, originaire de Tlemcen, Présidente du conseil de quartier de Béthune, qui a été l’une des personnes ayant contribué au mieux au choix de sa ville d’adoption et à l’aboutissement du jumelage, laquelle a de nouveau manifesté son intérêt de voir la concrétisation du partenariat franco-algérien mutuellement profitable aux deux parties.
Faut-il rappeler que Tlemcen et Lille sont jumelées depuis le 23 février 2013 à la faveur de la visite à cette date de Mme Martine Aubry qui avait déclaré lors de la cérémonie de signature du protocole d’accord au siège de la wilaya « que ce jumelage doit resserrer les liens d’amitié et de coopération entre les populations des deux cités au riche passé historique, à travers l’approfondissement des relations d’amitié entre l’Algérie et la France. »
Ce document prévoyait la consécration de nombreuses activités scientifiques, culturelles et économiques entre les deux municipalités : mise en valeur du patrimoine culturel de Tlemcen qui représente environ 70 % des vestiges archéologiques de l’époque musulmane, développement durable à travers la construction de logements sociaux à faible consommation d’énergie, recyclage des déchets solides, emploi des jeunes, coopération entre les centres hospitalo-universitaires de Tlemcen et Lille dans les domaines de la mortalité périnatale et le cancers.
Cependant le partenariat voulu ambitieux ne s’est manifesté qu’à travers des actions sporadiques jugées en dessous des aspirations exprimées par les deux entités. Des médecins français ont participé à des opérations chirurgicales à l’hôpital du chef-lieu de la wilaya de Tlemcen aux côtés de leurs homologues algériens et l’orchestre andalou s’était rendu à Lille le 10 avril 2016 pour animer une série de concerts, suite au séjour à Tlemcen d’une délégation culturelle Lilloise. Depuis cette date aucune activité notable n’a été enregistrée. Ce constat décevant a poussé les deux municipalités à reprendre contact pour trouver les voies et moyens de relancer les mécanismes du dispositif de coopération bilatérale.
Le wali et le président de l’APC ont dépeint à Lille toutes les similitudes des deux villes jumelées en matière d’architecture, de développement urbain et de richesse du patrimoine, ce à quoi la partie française a manifesté son intérêt à redoubler d’efforts pour susciter et matérialiser un rapprochement concret entre les populations des deux cités à travers la facilitation des échanges des délégations de jeunes et d’associations professionnelles. Chérif Benmoussa a attiré l’attention du partenaire français sur les potentialités existantes à Tlemcen en matière de développement agricole, à travers la distillation des huiles essentielles à vocation médicinale et la création de fermes pédagogiques en association avec l’université, la préservation de la médina et de la typologie de ses façades, l’énergie solaire dont l’Algérie détient un formidable potentiel, les perspectives de coopération entre la chambre de commerce et d’industrie « Tafna » et le MEDEF. Il a aussi indiqué que Tlemcen est avantageusement desservie par les voies de communication pouvant au mieux faciliter les échanges ; chemin de fer avec la ligne grande vitesse, autoroute Est-Ouest, aéroport international Messali Hadj.
A noter que Tlemcen est également jumelée à cinq autres villes : Bursa (Turquie), Nanterre et Montpellier (France), Grenade (Espagne) et Kazan (Russie).
Liberté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *