Le Sénat, pourquoi faire !

« Le sénat n’est qu’une maison de retraite pour les affairistes et les privilégiés de la politique »

Par BENALLAL Mohamed ancien cadre

Une bonne nouvelle qui devrait faire surface sur l’actualité nationale, elle fait partie déjà et depuis belle lurette, du débat populaire : dans les cafés, dans les bureaux d’administrations, dans les marchés populaires, dans les rues, dans les bains et même dans bus, métro et tram- away etc..a un moment ou cette institution budgétivore brille par son absence à travers ce qui se passe aujourd’hui comme manifestations pacifiques -Hirak-, suite aux divers problèmes sociaux, économiques et culturelle qui ne cessent de s’accumuler de jours en jours et que cette institution responsable en partie pour ne pas avoir mis sur son agenda ces divers problèmes, ni préconiser cette déliquescence de l’état même ..Cette grande institution assure en générale et surtout en principe la « représentation de la sagesse des collectivités territoriales », cela devrait être une école de prévoyance du mal dans le but de valoriser et de moraliser la fonction de la politique en générale. Des avantages bien précieux non exploités du Sénat par manque de compétence , son rôle modérateur et sa conjuration face à des députés qui peuvent les amener à commettre des déviations lourdes de conséquences ou l’odeur du dinars fait danser ces pauvres sénateurs comme avait bien dit Bouhiret dans une émission télévisée ces gens la( sénateurs) ne discutent que d’affaires et de milliards. Cet argument ne tient pas du tout la route surtout quand on sait que c’est le gouvernement (exécutif) qui à la mainmise sur l’ordre du jour des deux chambres, ce qui évite des surprises pouvant mettre l’exécutif dans un embarra qui l’oblige de justifier avant de rendre des comptes sur tel ou tel projet de loi et de l’application des règles.

Dans les faits qu’en est –il de cette institution ou son utilité n’est pas du tout observée sinon qu’elle regroupe une seule idée que le peuple l’observe judicieusement selon l’activité propre de ceux qui la compose.

Par ailleurs, la presse ou autres médias, n’ont jamais noté un intérêt spécifique se rapportant par exemple sur une enquête spécifique qui touche la stature et la gouvernance du pays, ni même pour l’APN .

Il est clair que le sénat, n’a jamais fait preuve de son indépendance, ni de son sérieux encore moins de son impartialité en menant des débats sérieux et concluants tout en mettant en lumière les zones d’ombres des énigmes qui se posent au niveau du pays tel la fraude-l’injustice- la corruption –la bureaucratie- les détournements des deniers publics, le chômage l’investissement, le gaspillage ,le contrôle,la mal-vie….. Tous ces dossiers devront faire l’objet d’études et de recommandations. C’est peut être le rôle de la sagesse des membres du sénat qui devrait en principe constituer une start-up de la Nation Algérienne.

Il est inconcevable que toutes les dérives socio-économiques constatées et mises à nus par une partie d’une presse crédible, ces dérives sont révélées en tant qu’affaires d’état donc acte ! Qui ne sont suivies, ni par l’exécutif, ni par le judiciaire, ni par le législatif encore moins du cadre qui devrait regrouper la sagesse algérienne nommé sénat.

Le lambda algérien, sans pour autant parler de citoyen, il est en droit de s’interroger sur les suites qui devront être donné à tous les problèmes et affaires qui se manifestent au niveau de son territoire.

Le président du sénat ne se considère pas comme un sage de la politique car il est soucieux de ne pas heurter la sensibilité du pouvoir au détriment de l’état, jamais son bureau ne s’est réuni à l’apparence médiatique pour donner suite à une quelconque conclusion ou appréciation d’une quelconque commission d’enquête ou de suivie pour instruire une saisine auprès de la justice.

La grosse budgétisation du sénat représente en elle même un cout faramineux qui est indissociable de l’utilité nationale ; alors si calcul existe, le cout par habitant qui revient au sénateur représente un maraudage que la sagesse rejette tant que le poids de cette institution ne mène à une quelconque influence sur le politique.

Participer à l élaboration de la loi, alors que les députés ont leur dernier mot autant dire que le rôle les sénateurs sinon le sénat est bien mineur et ne vaut pas la peine en terme de mission la grandeur de la sagesse du sénateur sinon du poids des affaires.

Par ailleurs, vu un amendement qui se fait de temps en temps et de session en session suivi d’une commission mixte paritaire avec peut être des députés de l’autre chambre et voila le tour est fait. Les résultats ne valent pas le cout de la dépense des deux chambres, tout ceci participe à la lenteur d’application par un rallongement de délai pour l application de la loi, un plus bureaucratique et d’un moins en efficacité dans la publication prévus et qui se font attendre. Ajouter encore le problème national qui se déroule actuellement ou le peuple source de la souveraineté est carrément ignoré par un pouvoir qui avait phagocyté la sève même de toutes les institutions de la république, par conséquent le Sénat combien ça coûte ?et à quoi ca sert au fait !

Nos sénateurs ont-ils vu vraiment venir la crise qui s’est manifestée par une accumulation de problèmes sociaux –culturels-et économiques et ce depuis bien longtemps, une crise très aigue de se qui se passe actuellement qui est sans conteste le révélateur d’un sentiment de laisser aller, d’un laxisme et d’abondant des populations de ce peuple trop martyrisé sinon tyrannisé par une injustice sans fin. Nos sénateurs ne voyant rien venir parce qu’ils sont trop occupés à chercher des coins exotiques pour mieux se reposer , et dénicher des affaires pour bien fructifier leur nouveau capital. Le mandat sénatorial est tout juste une forme de jouvence financière , sous une sieste réparatrice et par conséquent, il est certain qu’ ils n ont rien vu venir, la révolte c’est quoi au fait, se ranger avec le peuple qui l’on élus ou bien le pouvoir qui les a corrompu ; le choix est dur tant que la démission par principe de sagesse n’est pas annoncée, les intérêts sont la priorité de la mauvaise sagesse, le peuple c’est un mot qui ne veut rien dire pour eux sauf lorsqu’il se révolte c’est toute la sagesse sénatoriale qui est remise en jeu ! .

S’ils sont capables de potiner le peuple ou de rédiger un petit rapport tant attendu par le peuple, qui finira au font du tiroir du bureau du président du sénat. Les sénateurs semblent ne pas avoir intégré la dimension populaire de leur mandat qui aurait mérité pour le moins, de se soucier des habitants des territoires étranglés par le poids des problèmes de corruptions, de détournements, de médiocrité, d’incompétence, de « hogra » et d’injustice …. Par la politique actuelle du gouvernement qui est en butte aux questions de mobilité.

. Les sénateurs pouvaient enfin faire honneur sans la sagesse à leur mandat de représentants des territoires de ce pays. Même pas… Ils n’ont rien vu, ni entendu, ni savoir écouter, pour voir se profiler, pas vu non plus que les lois gouvernementales qu’ils ont votées allaient produire de tels effets néfastes.

Et comme ces privilégiés de la République ne manquent pas d’air, ils en sont aujourd’hui à réclamer le cumul des avantages pour rétablir le lien matériel avec une noblesse qui pensent la conquérir sur leur territoire, le peuple s’est manifesté pour leurs dire Basta ! Assez ! tout doit changer ! la suppression de ce sénat inutile et budgétivore doit être supprimer et toute institution dont la mission n’est pas indispensable pour l intérêt du peuple doit être aussi supprimer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *