Des locaux commerciaux de jeunes toujours non exploités

Par O. El Bachir

Il y a un peu plus d’un an, la commune de Ghazaouet a mis en location par voie d’adjudication au plus offrant 28 locaux commerciaux situés à sidi Amar au lieudit ‘’Dallia’’. Une année après leur attribution seulement deux de ces locaux dédiés au commerce de proximité sont exploités par leur attributaire.

Les 26 autres locaux demeurent toujours portes closes. A en croire l’élu chargé de ce dossier, plusieurs bénéficiaires ont manifesté l’intention de se désister quand les négociations pour une baisse du prix de location n’ont pas abouti.

(Pour rappel le prix plancher de départ des offres fixé par la mairies était de 5300DA. Alors que les acquéreurs ont remporté les enchères en proposant des loyers entre 7000 et 20000 DA en fonction de l’activité à développer)

«Nous avons fait la chose dans les normes, nous avons organisé une séance de mise aux enchères sous pli cacheté précédée de mesures de publicité conformément à la loi et la séance d’ouverture des plis s’est déroulée en présence des soumissionnaires . Évidemment, nous ne pouvons pas accorder des baisses du prix du loyer si non ceux qui n’ont pas remporté les enchères se sentent lésés » précise le chargé du dossier.

Réagissant une question relative à la réattribution de ces locaux à d’autres candidats, notre interlocuteur estime que le traitement de ce dossier est très complexe et nécessite un examen au cas par cas. Cependant les explications fournis par ce responsable paraissent peu convaincantes, car l’attente n’a que trop duré.

Selon toujours notre interlocuteur sur les 140 locaux érigés dans le cadre du programme présidentiel que compte la commune 91 seront distribués prochainement aux postulants éligible à ce programme et qui ont déposé un dossier au niveau de la daïra. La liste des bénéficiaires est établie et elle sera dévoilée dans les jours à venir.

En somme, en attendant leur attribution ces locaux qui devaient ouvrir des perspectives d’emplois aux jeunes à même de résorber un tant soit peu le chômage grandissant, sont lamentablement abandonnés et ont subi une forte dégradation. Les 15 locaux situés à l’entrée sud de la ville, ont bénéficié d’une opération de réhabilitation qui a coûté la bagatelle de 400 millions de centimes, les autres sont toujours livrés aux actes de vandalisme et de dégradation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *