L’université Abou Bekr Belkaid accueille 45.000 étudiants

L’université de Tlemcen qui porte le nom d’Abou Bekr Belkaid, militant engagé et fervent défenseur des droits de l’homme (assassiné le 28/09/1995), accueille cette année plus de 45.000 étudiants dont de nombreux ressortissants africains. Les filières de formation sont au nombre de 190 allant de la licence classique délivrée après trois années d’étude, au doctorat d’Etat ouvrant à leurs titulaires la possibilité d’embrasser une carrière d’enseignant au sein de la même université.
Parmi les nouveaux bacheliers issus des 67 lycées de la wilaya, 7.500 ont finalisé leur inscription, affectés chacun dans l’une des 28 spécialités réparties au sein des 8 facultés (sciences de la nature et vie, de la terre et univers, sciences économique et gestion, sciences humaines et sociales, technologie, sciences, médecine, droit et sciences politiques, lettres et langue).
Pour cette rentrée, il est noté l’introduction en partenariat avec l’Union Européenne, de deux nouveaux diplômes, l’un matérialisé par une licence dans la filière production d’huiles, et l’autre portant l’intitulé économie énergétique en bâtiment, sanctionné par un master. 90 étudiants ont opté pour ces deux spécialités. Les cours dispensés par environ 2.000 enseignants se déroulent au sein de 5 pôles universitaires. Les 80 laboratoires opérationnels au sein de cette institution rassemblent 1.150 chercheurs. Il est prévu l’ajout d’un laboratoire d’analyse physico-chimique et d’un autre dédié à l’innovation et transfert technologique.
L’annexe universitaire de Maghnia ouverte en 2006, accueille pour cette rentrée un millier d’étudiants à qui sont proposés quatre types de formation en sciences juridiques et administratives, sciences économiques, commerciales et de gestion, lettres et littérature arabe, science et technologie.
Le grand dilemme pour tous ces étudiants réside dans la difficulté de trouver du travail une fois le diplôme en poche. La plupart errent des mois durant pour trouver un job lequel souvent ne correspond pas à la formation suivie. Quant à ceux qui s’aventurent dans la création d’une micro entreprise, c’est un véritable parcours du combattant qui en définitive, décourage plus d’un.
Liberté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *