Marsat-Ben-M’hidi : Les fosses septiques, une plaie à éradiquer

Les cas de choléra continuent à susciter l’inquiétude des citoyens ; aussi, il est temps pour qu’une prise de conscience se manifeste au niveau des citoyens et des pouvoirs publics, pour ne plus entendre parler de ce genre de fléau, plus dans les pays où on ne badine pas avec l’hygiène et la santé des citoyens.

Dans notre dernière édition, nous avions fait état d’une situation normale dans la wilaya de Tlemcen. Toutefois, il y a des situations qui nécessitent une réelle prise en charge et ce, dans les meilleurs délais.

Il est impensable qu’en 2018, des constructions érigées dans les années 1990 ne disposent toujours pas de réseau des eaux usées. Les bungalows, dans la partie Est de Marsat-Ben-M’hidi, ne sont dotés, ni d’un réseau d’assainissement ni encore moins de caniveaux des eaux pluviales. Beaucoup d’estivants ont préféré camper un peu plus loin de cet endroit où les fosses septiques débordent de toutes parts. Il y a un danger, ces eaux usées coulent à ciel ouvert sur la chaussée, non loin des conduites d’alimentation en eau potable.

Certains immeubles, qui affichent complet durant toute la saison estivale ne prennent pas des mesures d’hygiène et exposent leurs clients à de véritables risques. Faut-il rappeler que des instructions fermes ont été données par le chef de l’exécutif aux élus et aux responsables des régions côtières pour la réussite de la saison estivale 2018. Il est un peu tôt de dresser un premier bilan, mais dans l’ensemble, on peut avancer que sur le plan de la sécurité, il y a une nette amélioration par rapport à l’année précédente, selon les informations qui nous ont été fournies par la Sûreté de daïra de Marsat-Ben-M’hidi.

Sur un autre registre, la permanence sanitaire a été assurée, le centre de santé reste ouvert h24, avec un médecin de garde, c’est ce qu’on a pu vérifier un jour de semaine à 6h du matin.
Reste un point noir, le ramassage des ordures au niveau des campings ne se fait pas au quotidien ; c’est du moins ce que nous révèle un estivant, habitué des lieux.

Enfin, il faut souligner l’excellent réseau routier entre Tlemcen et Marsat-Ben-M’hidi : l’autoroute Tlemcen-Maghnia et la double voie entre Maghnia et Port Say, le nombre d’accidents a considérablement diminué ; cette sécurité routière a encouragé beaucoup de transporteurs qui ont préféré travailler sur cette ligne.

A propos du danger des fosses septiques, il faut, dès la fin de la période estivale, entamer de grands travaux pour un réseau d’assainissement, en prévision de la saison prochaine dans cette station balnéaire, qui accueille annuellement plus de six millions d’estivants.
M. Zenasni (Le Soir d’Algérie). 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *