Meeting du FLN : Djamel Ould Abbes exhibe son document de condamné à mort

Par Khaled Boumediene

C’est aux sons de saxophones, de barouds, de youyous de femmes, et d’autres tenues traditionnelles (Chedda Tlemcénienne) que la capitale des Zianides,  a accueilli en grande pompe, lundi dernier, la délégation du parti de front de libération nationale (FLN) avec à sa tête le secrétaire général, Djamel Ould Abbes, au complexe Akid Lotfi de Birouana.

Il est 13 h 00. La salle de l’OPOW est déjà à moitié pleine. Une file de militants et de sympathisants s’allonge à l’extérieur de l’hôtel les Zianides jusqu’à la grande porte du stade.

Dans la salle, les premiers arrivés s’installent autour de la scène. L’ambiance est joyeuse et bon enfant. Les chansons révolutionnaires diffusées par les haut-parleurs, donnent le ton. Le show est parfaitement orchestré. Il est 15 h 30. La salle est pleine. « FLN ! FLN ! », scande le public. Djamel Ould Abbes montera sur scène dans un fracas d’applaudissements.

Les applaudissements qui fusent dans toute la grande salle se mêlent aux notes de l’hymne national. Très ému, Djamel Ould Abbes (le natif de Tlemcen) prend la parole et attise d’emblée la foule en lançant : «Ce meeting populaire de Tlemcen est une grande fête pour le FLN ! C’est le 39e rassemblement organisé par le FLN depuis le début de la campagne électorale, mais c’est l’un des meilleurs que j’en ai vus jusqu’à présent, vous avez certainement senti en nous le parfum du Président Bouteflika ! Comme si il est présent aujourd’hui parmi nous dans cette salle !».

La foule reprend le refrain en chœur : «Vive le FLN, Vive l’Algérie, Vive Bouteflika !». L’ambiance a atteint son paroxysme au moment où M. Ould Abbes exprime ses louanges du passé historique de la ville de Tlemcen et ses régions, en plaçant la réhabilitation de son passé historique au cœur de son allocution. Et réplique, ainsi, à ceux qui doutent, ces derniers temps, de sa participation à la glorieuse révolution, en exhibant comme preuve à l’appui un jugement du tribunal des forces armées françaises de Tlemcen le condamnant à mort.

«Hadj Bellahcene Bali, ce grand moudjahid qui était mon compagnon durant la guerre de libération, est là pour vous témoigner de mon glorieux passé révolutionnaire. Dites-leur que je suis un moudjahid condamné à mort ! Montrez leur le document qui le prouve ! Nous avons lutté ensemble sous l’autorité du défunt Hamadouche Boumediene au sein d’un réseau qui comprenait de nombreux combattants à Tlemcen, tels que Tchouar, Brixi, Benachenhou, Lotfi, Meghili, Belkhodja, Boussof, Berber, Benosmane, Hadj Slimane… Nous avons même fait exploser des colons qui sortaient d’une messe de l’église au centre-ville de Tlemcen. Nous avons tous souffert des affres du colonialisme !». Il est interrompu par le public qui crie «FLN 34 ! FLN !».

Il poursuit son allocution : «Certains prétendent que le FLN n’a pas de programme. Et bien de Tlemcen, cette ville d’art et d’histoire, qui compte à elle seule quelque 224 étudiants, tombés au champ d’honneur, sans compter les autres des localités avoisinantes, je leur lance que vous vous trompez ! Le programme du FLN n’est autre que celui du Président la République, Abdelaziz Bouteflika. Nous sommes l’Etat ! C’est le FLN qui a bâti les fondements de l’Etat algérien avec sa proclamation du premier novembre 1954 ! C’est le FLN qui a planifié la guerre de la révolution ! Et c’est bien le FLN qui a fait exploser la guerre de la révolution de libération ! Personne ne peut nier tout cela ! Nous sommes les vrais dépositaires du pouvoir. Mais, nous devons tous être solidaires, pour faire passer nos candidats le 04 mai prochain. Aujourd’hui, notre objectif  est de remettre le flambeau aux jeunes, mais à des mains sûres parmi les jeunes ! ».

A la fin de son intervention l’orateur a, insisté sur l’unité nationale du peuple algérien «Personne ne peut séparer les Algériens ! Il n’y a ni Kabyle, ni Chaoui, ni Tergui, ni Arabe ! Nous sommes tous des Algériens !», soutient-il.

A la fin de ce meeting populaire très réussi, il faut le souligner, un maillot du widad de Tlemcen, symbole de solidarité la grande équipe du WAT au parti du FLN, a été remis au secrétaire général du FLN, par le sénateur et responsable de la campagne électorale du parti du FLN de Tlemcen, Ouraghi Ahmed et ce, en présence de tous les candidats dont la tête de liste n’est autre que le président de l’APW de Tlemcen, Dr. Chaif Okkacha (Doyen à l’université).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *