Journée de la femme: Message du Président Abdelaziz Bouteflika

Le président Abdelaziz Bouteflika a adressé, mercredi, à l’occasion de la journée mondiale de la Femme, un message aux Algériennes, lu en son nom par la ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Imane-Houda Faraoun, lors d’une cérémonie  présidée par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal. En voici la traduction diffusée par l’agence officielle :

« Au nom d’Allah Clément et Miséricordieux,

Que les prières et la paix d’Allah soient sur Son Messager,

Mesdames, Messieurs,

Il m’est très agréable, à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la femme, de vous adresser mes très vives félicitations et mes voeux  les meilleurs. Cette célébration annuelle de la journée du 8 mars n’est pas une simple tradition mais l’occasion d’une évaluation du rôle et de la place de la  femme et son avenir dans notre pays.

Mesdames, Messieurs,

Les filles de l’Algérie ont effectivement écrit les plus belles pages  de l’Histoire de notre peuple et nous nous devons de ce fait nous incliner,  avec déférence, à la mémoire des héroïnes de la résistance de notre peuple depuis  l’invasion coloniale et de nos compatriotes tombées en martyrs durant  notre glorieuse guerre de libération. De même que nous saluons avec respect et considération nos sœurs Moujahidate  qui ont été parmi les artisans de la liberté de l’Algérie et un exemple, après le recouvrement de l’indépendance nationale, dans la bataille de construction et d’édification.

Mesdames, Messieurs,

En effet, la femme a été un partenaire important et actif dans la réédification  de l’Algérie après la destruction causée par le colonialisme et dans le lancement  du processus de reconstruction qui a permis de bâtir progressivement l’Algérie  moderne dans tous les domaines.

Cette épopée du combat de la femme algérienne à travers les siècles et  les décennies a impliqué une détermination de l’Etat à œuvrer à sa promotion  dans différents domaines à la faveur notamment de la généralisation de l’éducation  de nos filles à travers tout le pays et elles sont aujourd’hui majoritaires dans  nos universités. Ce même effort a été couronné par la forte présence de la femme dans  les corps de l’enseignement et de la santé et même dans des secteurs de souveraineté  comme la justice, les corps de sécurité et l’Armée nationale populaire.

Ces progrès successifs sont le fruit d’une forte volonté politique qui  a permis de consolider la position de la femme algérienne sur la scène politique avec une présence de près de 32% au sein de l’Assemblée  populaire nationale durant son dernier mandat.

Un taux qui dépasse celui de bien de parlements dans des pays  du Nord développés et que nous espérons voir progresser lors des  prochaines élections législatives.

Aussi, notre ferme détermination, en reconnaissance à la lutte et au  combat des femmes de notre pays et en considération aux efforts soutenus  pour leur formation, continuera à animer notre volonté à promouvoir  la place de la femme dans les postes de responsabilité et secteurs d’activités  et dans la création de la richesse dans notre pays.

Nous enregistrons, année après année, une hausse du nombre de femmes  dans les postes de responsabilité au sein des différentes institutions et corps  de l’Etat et nous sommes résolus à persévérer sur cette voie.

De même, nous avons tenu lors du dernier amendement constitutionnel  à marquer l’engagement de l’Etat à garantir l’égalité homme femme sur le marché  de l’emploi dans notre pays et cet objectif se concrétise pas à pas dans  plusieurs domaines.

Nous pouvons ainsi nous enorgueillir de l’entrée de la femme de plain  pied dans le domaine de l’investissement et de sa présence à la tête  de plus de 10% des entreprises privées créées ces dernières années.

D’autre part, les programmes arrêtés par l’Etat pour encourager  l’employabilité de la femme, y compris la femme au foyer, ont permis de consolider  le rôle de celle-ci dans les villes et en zones rurales à travers les différentes  régions du pays, dans la création de la richesse en complément de son effort  dédié à l’éducation des générations montantes.

Et ceux qui suivent l’évolution de la situation en Algérie, peuvent  associer à ces exemples plusieurs autres acquis réalisés par la femme dont sa  place dans le domaine sportif à travers lequel elle a honoré notre pays à l’échelle  mondiale.

La reconnaissance des résultats de l’Algérie dans les domaines de développement  humain et de promotion de la place de la femme au plan politique, par les dirigeants  africains lors de leur rencontre au sommet l’année dernière et par la famille  arabe lors d’un Forum tenu la même année en Jordanie, est indéniablement source  de fierté et d’orgueil.

Mesdames, Messieurs,

Ainsi, nous nous enorgueillissons de la participation de nos aïeules lors de la guerre de libération et de l’édification de l’Algérie, et au regard  de leur précieux apport aujourd’hui à l’édification de l’avenir de notre patrie  et, par conséquent, je ne manquerai de saisir cette occasion pour m’adresser  à votre conscience, votre sens patriotique et votre résolution à relever les  défis qui se posent actuellement à l’Algérie.

Je soulignerai en premier lieu, la nécessité de libérer notre pays de  sa dépendance aux hydrocarbures et aux fluctuations des marchés mondiaux. Cela  exige de nous tous, peuple et Etat, davantage d’efforts et de sérieux afin de  bâtir une économie diversifiée doté d’un potentiel compétitif pour pouvoir brillamment  aller de pair avec le monde d’aujourd’hui et assurer la pérennité de nos choix  sociaux séculaires.

En deuxième lieu, nous assistons à une perturbation des fondements de  notre société dont les effets des stupéfiants et autres fléaux sociaux sur nos  jeunes ce qui nous dicte et, aux mères en particulier, de redoubler d’efforts  pour prémunir nos enfants, garçons et filles, de ces dangers et participer,  aux côtés des autres composantes de la société, à la réhabilitation du sens  civique tout s’écartant de la violence et en rétablissant la fraternité, l’entraide  et la quiétude dans nos quartiers et à travers le pays.

En troisième et dernier lieu, les foyers de tension et l’instabilité que connait notre voisinage et où ont foisonné le terrorisme et le crime transfrontalier  représentent un défi sécuritaire qui menace encore notre pays. Un défi qui vient nourrir les résidus du terrorisme qui menacent encore la terre sainte  d’Algérie en ciblant les vies et les biens de notre peuple vaillant qui a  opté pour la réconciliation pour s’extirper, par un passé récent, de l’épouvante  de la tragédie nationale.

Je tiens à cette occasion, à saluer la bravoure et les sacrifices de  l’Armée national populaire (ANP) et les forces de sécurité de notre pays  dans leur lutte contre ces criminels. Je salue aussi leurs victoires dans  cette bataille et m’incline à la mémoire des martyrs du devoir national et,  tout particulièrement, de ceux tombés lors de l’accomplissement de leur noble  mission.

La victoire finale sur les menaces du terrorisme et du crime transfrontalier  en appelle impérativement à la mobilisation et à la vigilance de tous les citoyens  et citoyennes que j’exhorte encore une fois, à assumer ce rôle préventif pour  préserver la vie de leurs enfants et de leur patrie.

Mesdames, Messieurs,

Si toutes les festivités commémoratives étaient une opportunité pour  évaluer, d’année en année, le processus de l’Algérie, elles sont sans nul doute  des haltes pour conforter notre mobilisation partant des résultats enregistrés  sur la voie du parachèvement de l’édification de l’Algérie de la dignité et  de la fierté.

L’amélioration de la place de la femme dans notre pays n’en sera que  meilleure exemple.

Je vous présente chères sœurs, encore une fois, mes vœux les meilleurs  en cette fête qui est également la nôtre, sous souhaitant davantage de progrès,  de prospérité et de bien-être.

Gloire aux martyrs ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *