Une octogénaire victime d’un crime crapuleux

Depuis le début de cet été, ce sont au moins quatre personnes qui ont été tuées dans le quartier de Boudghène, dans des affaires de ce type. Le dernier épisode de cette série d’homicides qui ont endeuillé les habitants de ce grand quartier populaire qui domine la ville, sur les hauteurs sud de Tlemcen, a eu lieu vendredi soir. Une femme, moudjahida et veuve de chahid, âgée de 89 ans, a été tuée dans son habitation à Boudghène, non loin de la grande Mosquée. Ce sont des voisins qui ont alerté les Services de sécurité, vers 18h30.

Prenant rapidement en charge cette enquête, le procureur-adjoint près du tribunal de Tlemcen, le médecin légiste du CHU, les éléments de la Brigade criminelle de la Police judiciaire et les policiers de la 9ème Sûreté urbaine de Tlemcen, relevant de la Sûreté de wilaya, se sont déplacés sur la scène de crime.

Selon des sources judiciaires proches de cette enquête, la victime a été surprise par ses agresseurs. Quand les enquêteurs et secours ont ouvert la porte principale, ils ont trouvé le corps de l’octogénaire, sans vie, dans la cuisine de son habitation. «Des choses bizarres», selon la formule employée hier, ont aiguillonné les enquêteurs.

Il ne fera aucun doute que la maison où vivait seule cette dame âgée (ancienne fonctionnaire des Domaines publics de Tlemcen) a fait l’objet d’une intrusion. Mais, pendant que le médecin légiste faisait les constatations physiques sur le corps, qui portait selon nos informations, des traces de coups au visage, au ventre et aux bras, et se concentrait sur l’aspect médical, et au moment même où les enquêteurs dédiés aux investigations techniques s’intéressaient à l’environnement et à la recherche d’éléments de preuve, toujours en lien avec le médecin légiste, pour qu’il puisse avancer dans ses conclusions, une information efficiente sur un suspect, voisin de la victime, est parvenue au magistrat du Parquet qui gérait la coordination de l’activité de l’ensemble de ces acteurs sur le terrain et la direction d’enquête.

Il ne restait, donc, aux enquêteurs que le mobile du crime à déterminer, qui ont tout de suite compris qu’il s’agissait, bel et bien, d’un vol. Alors qu’auraient emporté les malfaiteurs ? C’est grâce aux investigations menées par les enquêteurs que 2 individus suspects, âgés de 28 et 38 ans, ont été arrêtés en un temps record, dans le même quartier, en possession de 2 smartphones tout neufs et des comprimés psychotropes.

Poursuivant leurs investigations à Boujlida, un troisième suspect, âgé de 17 ans, a été appréhendé. Les mis en cause ont fini, tous, par reconnaître être les auteurs des violences mortelles et du vol de bijoux et d’une importante somme d’argent. Un montant de 120 millions de centimes a été récupéré par la Police.

Khaled Boumediene (Le Quotidien d’Oran).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *