Le poulet perd 100 dinars en moins d’une semaine

Contre toute attente, le prix du poulet est descendu en flèche ces derniers jours, à Tlemcen. En moins d’une semaine, le kilo de la viande blanche est passé de 460, au début de la semaine dernière, à 360 DA ce week-end. Pour ce qui est des raisons de cette baisse, en cette période de saison estivale, des citoyens la lient à la réussite de la campagne de boycott baptisée «Laisse-le s’emplumer», qui vient d’être lancée pour limiter la flambée du prix du poulet et faire réagir les instances de régulation et de contrôle.

Il faut souligner dans ce cadre, que jamais une telle hausse n’a été constatée dans les points de vente des viandes blanches de la ville de Tlemcen et des autres localités de la wilaya.

Certes, la demande est forte sur le marché car les célébrations de mariage sont nombreuses en cette période de vacances, mais rien ne justifie cette hausse aussi importante. Selon un père de famille rencontré, hier, au marché couvert du centre-ville : « c’est grâce à l’union et l’action des citoyens qui se sont passés ces derniers jours de la consommation du poulet que les marchands de volaille ont été obligés de revoir à la baisse les prix de leur marchandise.

Il faut combattre ces procédés nuisibles de spéculation sur des produits alimentaires imposés sur le marché par des personnes qui ne se soucient guère du pouvoir d’achat du citoyen, pour éviter la répétition d’un tel phénomène. Normalement, cette opération de boycott doit aussi toucher la pomme de terre, qui est un légume indispensable, pour la majorité des familles algériennes, qui coûte cher, ces derniers temps, atteignant le seuil des 70 DA, voire 90 DA, dans la wilaya de Tlemcen.

Vraiment on ne comprend rien à cette flambée, pourtant, cette année, la récolte de ce tubercule est abondante après la campagne d’arrachage. C’est sûr que les intermédiaires de tous bords sont derrière cette situation pour faire les bonnes affaires en un temps record. L’Etat doit sévir contre ces péculateurs qui prennent des marges énormes, si l’on veut vraiment mettre fin à ces pratiques frauduleuses et protéger le consommateur ».

Pour sa part, un responsable de la direction de l’Agriculture de Tlemcen, a révélé que « des lobbies qui ne sont ni fellahs, ni mandataires, ni commerçants détournent la pomme de terre et la stockent dans des frigos. Ils attendent le bon moment pour s’adonner à la spéculation et la revendre aux détaillants qui prennent à leur tour des marges énormes. Certaines quantités avariées sont écoulées à des prix exorbitants. Je le dis et je le répète ces gens-là n’ont rien à voir avec la profession ! »

Pour rappel, au cours du Ramadhan dernier, la direction de Commerce et les Autorités de la wilaya de Tlemcen ont tenté une initiative pour éviter la spéculation des marchandises et denrées alimentaires qui allait sévir, en ouvrant des marchés de proximité, afin de permettre au citoyen de s’approvisionner directement auprès de producteurs, grossistes et autres fabricants.

Khaled Boumediene (Le Quotidien d’Oran).

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *