Prix Mohamed Dib : 20 œuvres littéraires en lice

Le Conseil de la sixième édition (2017 – 2018) du prix littéraire Mohamed Dib visant à favoriser la création littéraire en Algérie, a retenu 20 œuvres littéraires en langue arabe, amazighe et française, lors de sa réunion du 28 juin dernier à la bibliothèque Mohamed Dib d’Imama.

Selon la présidente de l’association culturelle «La Grande Maison», Sabeha Benmansour, les premières opérations de lecture effectuées par les évaluateurs du jury (2 pour chaque langue), ont concerné quelque 18 œuvres littéraires en arabe, 10 en langue amazighe et 32 en français.

Ainsi, après consultation de l’ensemble des rapports établis par le jury, les membres du Conseil ont délibéré en faveur de 7 candidatures en langue arabe (Bedreddine Khelifi, Krima Benali, Amina Cheikh, Mohamed Kadik, Mohamed Katilitah, Nadjet Dahmoun et Ismail Ibrir), 3 en langue amazighe (Djedjiga Anaris, Belkacem Meghzouchène et Fahim Messaoudène) et 10 en langue française (Lynda Chouiten, Jaoudet Gassouma, Selma Guettaf, Aïcha Kassoul, Mohamed Magani, Adlène Meddi, Amina Mekahli, Slimane Saadoun, Mohamed Sadoun et Amin Zaoui).

Une nouvelle réunion du Conseil se tiendra dans les prochains jours pour arrêter le choix des évaluateurs et annoncer le 13 octobre prochain la proclamation du prix Mohamed Dib 2017 – 2018.

Les lauréats de chacune des catégories seront invités au palais de la Culture «Abdelkrim Dali» de Tlemcen afin de recevoir leurs prix des mains du wali de Tlemcen, de la présidente et des membres de l’association.

Le jury est présidé par Sari Mohamed. Il est composé de lecteurs de tous âges issus de milieux socio-professionnels divers. Ses décisions seront sans appel. Il sera souverain, ses décisions ne pourront faire l’objet d’aucune contestation. Il ne sera pas tenu de motiver ses choix, a précisé notre source.

Il faut le souligner, que les notes et observations faites par les membres du jury ont été rarement en contradiction avec les attentes des candidats, et si tel est rarement le cas, l’on fait appel à un 3e jury pour départager d’une manière juste, équitable et loyale afin de ne léser personne et de donner au candidat sa juste valeur.

Il est à rappeler que les 3 lauréats désignés lors de la 5ème édition ont reçu chacun le prix avec la somme de 1 million de dinars des mains du ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi et de l’ex-wali de Tlemcen, Saci Ahmed Abdelhafid.

A noter, que lors de cette cérémonie, le ministre de la Culture avait pris une louable décision, celle de soulager l’association culturelle «La Grande Maison» des frais et charges de ce prix littéraire, qui va désormais être porté financièrement par l’ONDA et l’ENAG.

Khaled Boumediene (Le Quotidien d’Oran).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *