Produits alimentaires: La baisse des prix sur le marché mondial non répercutée localement

La facture des importations des produits alimentaires a enregistré une importante réduction, en 2015, non pas à cause d’une limitation ou autre restriction imposée par les pouvoirs publics, mais, tout simplement, parce que les prix moyens des produits alimentaires importés par l’Algérie ont, dans l’ensemble, diminué durant l’année 2015, par rapport à 2014.
Cette baisse s’explique, donc, selon les chiffresdu ministère du Commerce, cités par l’APS, par le recul qui a touché les prix à l’importation de plusieurs produits, à l’exemple des poudres de lait, dont le prix moyen à l’importation a baissé à 2.775 dollars la tonne, en 2015 (contre 4.817 dollars en 2014). Ainsi, l’Onil qui a importé 189.910 tonnes de poudre de lait destinées à la transformation, et près de 100 000 autres tonnes introduites, dans la pays, par les 13 principaux importateurs privés, investis dans le créneau, ont été payés presque, à moitié prix, relativement à la facture de 2014. Une belle affaire qui, malheureusement, n’a pas eu des retombées palpables pour le consommateur.
Hormis une ou deux exceptions, le prix du lait n’a enregistré aucune baisse sur le marché local. Le constat est, souvent, dénoncé par les consommateurs : lorsque les prix montent, sur le marché mondial, des produits alimentaires, l’indexation de la hausse est répercutée, d’une manière automatique, sur les prix de vente au marché local, mais rien ne change quand ces prix descendent, sur le plan international. Pareillement pour les prix des sucres roux et blanc, des viandes, des différentes huiles (entre -3% et -22%), des céréales, semoule et farine, qui ont enregistré une baisse des prix entre -3 et -22 %. Par contre, les prix des huiles alimentaires brutes ont, cependant, augmenté de 93% à 4.512 dollars/t (contre près de 2.340 dollars).
L’analyse des prix, élaborée par le ministère du Commerce, aborde, également, les prix à l’importation du ciment établie à près de 6,6 millions de tonnes pour un montant de 473,5 millions de dollars, en 2015. Il est constaté que le prix moyen de ce produit de construction a enregistré des baisses oscillant entre -3% et -20%, selon les catégories de ciment. Pourtant, sur le marché local, le prix du ciment a connu une hausse vertigineuse ces dernières semaines !? Selon des explications plausibles, les prix proposés à la consommation interne n’ont pas suivi la baisse du marché mondial, enregistrant même des hausses considérables, à cause du taux de change des devises, sur le marché parallèle. « L’euro a flambé, sur le marché noir, ces derniers mois et, avec lui, tous les produits importés sont revenus plus chers », considère-t-on.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *