Un projet de station-service à l’index

Les erreurs de choix de terrain de projets immobiliers et autres se répètent ces derniers temps à Hennaya. En effet, après l’implantation du projet de construction des 300 logements AADL sur un terrain agricole du grand périmètre irrigué « Mekacem » au nord de la ville de Hennaya, les habitants sont face à un nouveau projet d’une station-service implanté en plein centre urbain de cette cité de plus de 30.000 âmes.

Tout particulièrement depuis que l’entreprise chargée de la réalisation des travaux de ce projet a procédé à l’installation du chantier en face de la salle omnisports, les riverains et associations de la cité de « Sidi Chaïb » s’inquiètent notamment de la proximité de la station qui occupera le site derrière la passerelle qui longe la route nationale 22 (séparée par un terre-plein central) pour desservir le grand quartier populaire de haï Khemisti et le centre-ville de Hennaya.

«Sur la forme, cette absence de transparence sur les projets qui touchent la ville de Hennaya est très désagréable», regrette un habitant. «Sur le fond, c’est triste de constater qu’avec tout ce qu’on pourrait imaginer sur ce site urbain très fréquenté, la seule préoccupation des pouvoirs publics est de maintenir coûte que coûte une station-service, au moment où les riverains s’attendent à de vrais projets urbains qui embellissent cette zone stratégique de la ville, ou des investissements qui créent la richesse et l’emploi pour les habitants. Ce projet défigure ce grand espace vierge enclavé entre les deux grands centres urbains de Khemisti et le centre-ville de Hennaya », dit-il.

De son côté, Yazid, un jeune riverain qui se dit outré par ce mauvais emplacement, estime que « ce projet de station-service est un vrai gâchis pour les aménagements à prévoir dans cette zone qui constitue la vitrine de la ville de Tlemcen, car tous les visiteurs qui viennent par avion ou par route transitent par cet endroit. Nous sommes vraiment déçus pour le choix de terrain sur lequel sera érigé ce projet, qui ne tient pas compte des aspects urbanistiques et environnementaux. Même la configuration de ce terrain étroit, situé juste à proximité d’une passerelle, un abribus, une cafeteria et une salle de sports. Vraiment, il ne se prête pas pour ce genre de projet, qui va poser beaucoup de contraintes aux riverains.

En outre, il y a une station-service à moins de 400 mètres de cet emplacement. Il y a donc ici une contradiction avec le plan d’urbanisme directeur de la ville qui ne prévoit pas ce type de construction qui ne s’intègre guère dans le milieu résidentiel».

Pour une autre technicienne de l’urbanisme qui connaît parfaitement la ville de Hennaya, « cette zone de transit devait abriter un grand projet d’aménagements urbain dénommé El Izdihar pour offrir un meilleur visage à la ville et régler le problème de l’oued Galiane dont le cours d’eau est infesté par les rejets d’eaux usées.

C’est dommage que cet ambitieux projet qui prévoit de nombreuses aires de jeux et de repos, des espaces verts et de loisirs, n’ait pas vu le jour. Aujourd’hui, ce vaste espace se réduit de plus en plus ».

Khaled Boumediene (Le Quotidien d’Oran).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *