La protection du consommateur au menu

En marge d’un atelier régional qui a regroupé, les 25 et 26 du mois courant au siège de la direction du parc national de Tlemcen, les représentants des directions des cinq wilayas, Oran, Mostaganem, Sidi Bel Abbès, Aïn Témouchent et Tlemcen, le directeur de la qualité et de la consommation du ministère du Commerce, Sami Kaolli, nous a expliqué les objectifs attendus de cette rencontre encadrée par des experts de l’Union européenne, visant à renforcer les mécanismes nécessaires au double plan réglementaire et organisationnel pour une protection efficace du consommateur en Algérie.

«L’objectif est de développer les rencontres d’échange et de concertation entre tous les partenaires concernés par la consommation, les services de la sûreté nationale, la gendarmerie, la protection civile, la santé, l’agriculture, l’industrie, les laboratoires d’analyses physicochimiques et microbiologiques du commerce, ainsi que les associations de protection du consommateur, et toute la composante humaine et les cadres du ministère du Commerce, afin d’atteindre un degré élevé d’efficacité dans le domaine de la consommation. La bonne coordination entre tous ces partenaires aura des incidences positives sur la diminution des accidents domestiques et des intoxications alimentaires collectives », a souligné ce cadre, qui a précisé que «l’objectif est aussi d’élaborer un plan stratégique opérationnel dans le domaine de la protection du consommateur et la mise en place d’un baromètre des réclamations pouvant constituer un outil d’aide à la décision des pouvoirs publics en matière d’observation des phénomènes de consommation et du comportement du consommateur ».

Kaolli a en outre affirmé que «le ministère du Commerce suit depuis une dizaine d’années ce phénomène, afin d’élaborer une cartographie permettant d’engager des actions d’information et de sensibilisation du consommateur et des professionnels, y compris les droits et obligations du consommateur, le prix et son affichage, l’étiquetage et la présentation des produits non alimentaires, en vue de mettre le doigt sur les intoxications alimentaires. Ce suivi méthodique nous a permis de découvrir que près de 70% des cas d’intoxications alimentaires surviennent à l’occasion des fêtes et cérémonies familiales».

L’atelier en question entre par ailleurs dans le cadre du jumelage institutionnel entre l’Algérie et le Royaume-Uni d’une durée de 24 mois (janvier 2017 – 2019).

Parmi les objectifs du jumelage qui entre dans le cadre du programme d’appui à la mise en œuvre de l’accord d’association (programme géré par le ministère du Commerce et financé par l’Union européenne), la mise en place et la pérennisation des mécanismes d’information et de protection des consommateurs en Algérie, à travers la constitution au sein du ministère du Commerce d’un noyau dur de formateurs de formateurs, la création d’un centre d’appels des réclamations des consommateurs, la promotion du droit des femmes et des personnes vulnérables dans les politiques de consommation.

Selon le directeur de la DCP de Tlemcen, Helaili Amar, trois résultats sont attendus de ce jumelage: le renforcement aux niveaux central et territorial des capacités institutionnelles, organisationnelles et techniques du ministère du Commerce, le renforcement des capacités des structures intervenant dans l’information, la sensibilisation et l’éducation des consommateurs, et le renforcement de la capacité des partenaires du ministère du Commerce à collecter et à exploiter des informations sur la consommation.

En outre, la mise en œuvre d’actions en rapport avec des trois résultats attendus du projet de jumelage, en appui à 16 activités dont 4 visites d’études notamment en Grande-Bretagne, prend en compte l’égalité réelle entre les femmes et les hommes ainsi que la situation des personnes vulnérables en recherchant leur adaptation permanente aux spécialités du système de fonctionnement en vigueur en Algérie, et l’amélioration des pratiques en fonction des moyens et des méthodes propres à l’Algérie.

Au cours de ces journées, les experts britanniques, John Lawrance et Richard Hodge, ont présenté des diapositives sur «les bases d’un système de protection du consommateur», «planification et suivi efficaces des services de protection du consommateur: prise de décision, changer de décision, planification des services», «utilisation efficace des données», «évaluation des risques», «suivi de la performance», «traitement des plaintes et des demandes de renseignement des consommateurs», «le lien entre d’une part les services d’information et de conseils et, d’autre part, les services de contrôle et d’inspection efficaces», «problèmes de coopération et de collaboration» et «les étapes à suivre».

 

Khaled Boumediene (Le Quotidien d’Oran).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *