Suite à la participation de nos judokas à l’Open d’Istanbul sous un autre drapeau à cause de la sanction internationale : avec toutes nos excuses à nos grands martyrs

Par Abderrezak. B

Vous êtes d’où ? Vous représentez qui ? Et qui vous a permis ? C’est la question que nous devrions poser aux quelques personnes assoiffées par les voyages à tous frais payés qui semblent avoir oublié leurs origines, les sacrifices de nos ancêtres et surtout, comment nous avons pu bâtir une nation souveraine avec toute ses richesses.

Effectivement, après un mois seulement depuis la célébration du 60e Anniversaire de la 1er participation officielle de nos sportifs algériens sous les couleurs du drapeau national au 6e Festival mondial de la jeunesse en 1957 à Moscou, sous l’égide de l’union générale des étudiants musulmans algériens (UGEMA) une année avant la création de la glorieuse équipe nationale du FLN en 1958, voilà qu’en cette année de 2017, nos jeunes karatékas, participent à un tournoi international de karaté tenu les 23 et 24 Septembre à Istanbul (Turquie) sous les couleurs d’un autre drapeau, et bien évidement, avec les compliments de la fédération algérienne du Karaté.   

Si ce n’est pour ne pas représenter dignement notre emblème national et la rigueur de notre chère Algérie parmi les 108 nations présentes dans cette échéance internationale, alors à quoi bon, nous devrions-nous, faire partie de cette compétition ? Mais surtout, qui aurait osé prendre de telle procédure dans un autre temps et plus particulièrement à l’époque de l’ex président de la république, Houari Boumediene ? Une question, que seules les personnes qui ont autorisé nos jeunes à franchir nos frontières pour nous humilier devant le monde, possèdent la réponse.

En effet, jau moment, que nous apprêtons à commémorer le 60e anniversaire relatif à la disparition de Hassiba Ben-bouali, Ali la pointe et le petit Omar, et d’autres héros qui nous ont offert leurs âmes, le 08 Octobre 1957, pour la cause de notre emblème national, on n’aurait jamais imaginé, qu’après tant, de sacrifices de nos milliers de martyrs suivis de nos deux cent mille victimes durant la décennie noire, notre souveraineté sera finalement trahie par une poignée de dirigeants sportifs sans le moindre principe, à l’exception d’un excès d’opportunisme.

Un acte qui restera certainement sans sanction, et bien en contraire, puisqu’il sera sans doute récompensé pour les 14 médailles obtenues, qui ne sont autre que, 05 trahisons en or, 04 stupidités en argent et 03 bronze en lâcheté et à la fin 00 médaille en patriotisme, voici donc, le bilan réel de cet événement au grand malheurs de notre nationalisme.      

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *