Tennis : Hadj Slimane Tewfik, un champion au long cours

On a tendance en Algérie à privilégier le foot ball dit sport roi pour hisser sur un piédestal tel ou tel joueur auquel on déroule le tapis rouge en le gratifiant d’hommages incessants avec une considération souvent exagérée.

On oublie qu’il y a d’autres disciplines, comme le tennis, sport individuel d’exception, qui nécessite une présence jusqu’à quatre heures ou plus sur le court pour arracher la victoire, obligeant le joueur à changer plusieurs fois de maillot tant il l’a mouillé de ses tripes.

Parmi ces joueurs, il en est un qui a marqué d’un sceau indélébile son passage dans les différents tournois et championnats nationaux et internationaux. Il s’agit de Hadj Slimane Tewfik, qui pendant plus de vingt ans a occupé le haut pavé d’abord dans sa ville Tlemcen, puis dans les tournois nationaux et enfin sur le circuit international. Ce véritable champion hors pair qui a suscité l’admiration de tous, a entamé sa carrière en 1988 à l’âge de quatre ans. A cet âge très précoce, il savait déjà tenir la raquette et jouait comme un grand sur le court de tennis avec son père Abdelmadjid, lui-même joueur, premier président de la ligue de tennis de la wilaya de Tlemcen et fondateur du HS Tennis club. Plus tard, Tewfik devait entrainer et encadrer sa fille devenue elle-même championne de tennis.

UN REGIME D’ENTRAINEMENT SOUTENU

A force d’entrainements, d’endurance sur les terrains en terre battue et en asphalte, de séances de musculation, de participation à un nombre important de tournois, le jeune et talentueux joueur fait son chemin jusqu’à l’âge de 10 ans où il décroche le titre de champion régional après avoir été vainqueur de plusieurs épreuves à Tlemcen et dans plusieurs wilayas de l’Ouest.

L’année suivante, il est vice-champion d’Algérie, champion régional de la catégorie 12 ans et moins, en simple et en double, puis finaliste des championnats d’Algérie. En 1997, le prodige Hadj Slimane Tewfik s’adjuge le titre de champion régional ouest dans la catégorie des 13 ans et moins et participe en Tunisie et en Egypte au championnat arabe de tennis, classé second après Lamine Ouahab sociétaire de la ligue d’Alger. Il dispute contre ce même joueur la finale du championnat d’Algérie et se classe second dans le tableau en lice.

En 1998 à l’âge de 14 ans, Tewfik décroche le titre de champion régional ayant réussi à vaincre tous ses adversaires dans tous les tournois nationaux. La même année, il se qualifie, avec Lamine Ouahab, aux championnats d’Afrique organisés à Dakar (Sénégal) où il a réussi à battre en quart de finale le joueur tunisien numéro un Malek Jaziri (actuel 80 ème joueur mondial). Il parvient à atteindre le stade de la demi-finale, battu difficilement par le number one Togolais et a réussi à battre l’autre demi-finaliste le sud-africain Kevin Andersson (actuel n°10 mondial) et qui a decroché la 3eme place dans cette compétition de grande envergure, réalisant là son premier grand exploit. Pour l’Algérien, ce sont les débuts prometteurs dans une épreuve continentale.

Associé à l’algérois Lamine Ouahab, le jeune Hadj Slimane remporte à 14 ans les championnats d’Afrique en double et prend part à plusieurs tournois en Europe organisés par l’ITF (fédération internationale de tennis) réservés aux meilleurs joueurs de chaque continent. Il atteint en France lors d’un tournoi international, le niveau des 1/8 de finale, puis parvient au second tour dans des épreuves de tennis organisées en Allemagne et en Hollande avant de se hisser aux 1/4 de finale lors d’une compétition organisée en Belgique.

TEWFIK REJOINT L’ACADEMIE BONASPORT

Hadj Slimane Tewfik participe alors au tournoi international d’Alicante (Espagne) qui réunit les meilleurs joueurs locaux et étrangers qu’il remporte brillamment dans la catégorie des 14 ans. C’est le début de sa carrière professionnelle ce qui lui permet, avec l’accord de son père, de s’établir dans la ville espagnole de Barcelone, entrant de plain-pied dans la réputée Académie Bonasport sous la direction de Manuel Orantès, ex-numéro deux mondial du tennis dans les années 70.

Il figure alors dans le groupe des 14 joueurs, les meilleurs d’Espagne de cette catégorie dont Guillermo Garcia Lops (actuel n° 70 mondial) qui partage sa chambre.

En 1999 et 2000, le champion tlemcénien participe à plusieurs tournois « Open » en Espagne, puis prend part deux fois consécutivement aux championnats d’Afrique du Sud à Prétoria où il atteint les 1/4 et 1/8 de finale et remporte deux fois la finale en double avec toujours son compère Lamine Ouahab.

A 17 ANS HADJ SLIMANE PARVIENT JUSQU’EN 1/8 DE FINALE AU CHAMPIONNAT D’AFRIQUE

En 2001 il remporte le premier tournoi ITF junior (grade 5) qu’accueille la ville d’Oran puis participe au championnat d’Afrique de tennis en Tunisie dans la catégorie des moins de 18 ans, battu en 1/8 de finale. Cette même année, Hadj Slimane Tewfik prend part à de nombreux tournois ITF juniors en Europe : atteint les 1/4 de finale en Pologne et en Italie, les 1/8 de finale au Portugal, le second tour en France, la 1/2 finale Hongrie, salué par la presse sportive spécialisée pour ses performances qui le hissent au classement de 80 ème joueur mondial alors âgé de 17 ans seulement.

Le jeune champion algérien qui s’entraine plusieurs heures par jour, prend part à plusieurs tournois « Future ATP » dotés de 10.000 et 15.000 dollars puis voit sa consécration avec la première invitation au tableau final du plus grand Challenger doté de 125.000 dollars à Barcelone. Il obtient aussi une seconde invitation au Challenger à Olbia (Sardaigne, Italie) battu par Sergi Bruguera, tête de série numéro un, redoutable droitier avec ses revers à deux mains, habitué des tournois d’Australie, de Roland Garros, Wimbledon et de l’US Open.

LE CHAMPION ALGERIEN DEMONTRE SON TALENT JUSQU’EN INDE

Aguerri au contact avec les grands joueurs, Tewfik la révélation du tennis algérien, se rend par la suite en Inde pour participer au tournoi « Future ATP » parvenant à atteindre les 1/8 ème et 1/4 ème de finale, ce qui lui a permis d’engranger de précieux points pour son classement dans l’ATP (association du tennis professionnel). Ses nombreuses performances lui valent la 980 ème place mondiale, faisant ainsi partie du top 1000 des meilleurs joueurs de la planète.

En 2003 à l’âge de 19 ans, il prend part à deux importantes épreuves dans la catégorie professionnelle en Iran et Dubaï, puis à de nombreux tournois en Espagne et à travers toute l’Europe avant de disputer à Alger deux compétitions dotées de 10.000 dollars chacune. Finaliste du championnat d’Algérie senior (battu par Hameurlaine numéro 1 de sa catégorie) Hadj Slimane Tewfik met fin à sa carrière en 2004 et rentre définitivement dans son pays.

APRES 20 ANS AU TOP NIVEAU, HADJ SLIMANE MET FIN A SA CARRIERE

Après deux décennies de compétitions sur les courts de tennis en Afrique et en Europe, distingué et félicité plusieurs fois à l’étranger, faisant la « une » des grands quotidiens internationaux, ce joueur qui s’est surpassé en représentant dignement son pays dans les arènes sportives à travers le monde dont il fut une véritable révélation, faisant hisser le drapeau de son pays dans les joutes sportives intercontinentales, mérite plus que jamais, non seulement un jubilé légitimement mérité, mais aussi un vibrant hommage appuyé de la fédération algérienne de tennis et du ministère de la jeunesse et des sports, hommage qui tarde cependant à venir depuis 14 ans maintenant.

DEDICACES

           « Je veux dédier toutes mes victoires d’abord à mes parents qui m’ont énormément aidé, soutenu et encouragé durant toute ma carrière en particulier à mon père qui était toujours à mes côtés, assurant mon apprentissage dans la discipline dès mon jeune âge. Sans son appui moral, psychologique et financier, sans sa présence soutenue durant toute ma carrière, sans ses encouragements sans cesse renouvelés, jamais je n’aurais pu parvenir à mes objectifs. Merci beaucoup Père. Mes remerciements s’adressent aussi à mes deux grandes sœurs et à mon jeune frère.

           Je tiens aussi à remercier tous mes anciens entraineurs en commençant par l’actuel président de la fédération algérienne Bessaad Mohammed et tous ses proches collaborateurs du club tennis de Mansourah où j’ai débuté mes premières années de tennis. Mes remerciements vont également à tous mes coachs espagnols et internationaux qui ont toujours cru en moi en manifestant leur confiance à mon égard, en particulier Manuel Orantès, Francisco Mendez, Martin Vilar et Marc Canovas.

            Une grande dédicace est destinée à mes amis, de loin et de près, du monde du tennis. Je veux ici citer quelques noms de mes meilleurs amis qui se sont entrainés avec moi et avec lesquels nous avons voyagé ensemble pour disputer des tournois : Francisco Condor, Sergio Perez ainsi que Lamine Ouahab envers lesquels je garde un excellent souvenir »

            Enfin, pour terminer, je veux adresser cette dernière dédicace à mon épouse et mes deux enfants avec lesquels je partage une vie formidable, pleine de bonheur ».    

TST

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *