Tlemcen : Marché du travail, l’ANEM incontournable

photo-anem

A en croire les chiffres de placement des jeunes durant les sept premiers mois de l’année en cours dans la wilaya de Tlemcen, l’on peut d’ores et déjà affirmer, que l’agence nationale de l’emploi (ANEM), dont le rôle est d’encourager toutes autres formes d’actions et de mesures tendant à promouvoir l’emploi notamment le recrutement des jeunes dans le cadre classique, dispositif d’aide à l’insertion professionnelle (DAIP) et contrat de travail aidé (CTA), est devenue un acteur clé pour aider les PME, qui souvent n’ont pas de service de ressource humaine suffisant, à résoudre leur problématique de recrutements, en leur proposant des opportunités de recrutement.

En effet, quelques 8 556 de placements de jeunes dans des postes d’emploi ont été réalisés par les antennes de l’Anem (Tlemcen, Remchi, Ouled Mimoun, Sebdou, Sabra, Ghazaouet et Maghnia), durant les sept premiers mois, a-t-on appris auprès du directeur de l’Anem de Tlemcen, Rebiai Hfif, qui nous a précisés que 7 194, 464 et 898 placements ont respectivement été réalisés dans le cadre du classique, le contrat de travail aidé, et le dispositif d’aide à l’insertion professionnelle.

Selon M. Rebiai, ces placements ont été effectués dans les secteurs d’activité de l’industrie (680 placements), le BTPH (2 323 placements), l’agriculture (169 placements) et les services (4 022 placements). A elle seule, l’antenne de Tlemcen a pu placer 3136 jeunes en classique, 190 en CTA et 253 en DAIP. « Ces résultats des premiers sept mois de l’année 2016 sont très encourageants grâce à notre personnel qui a fait la preuve de son savoir-faire et de sa compétence. Nous allons poursuivre cet effort afin d’atteindre encore de meilleurs résultats de recrutement des jeunes d’ici la fin de l’année. Rappelons dans ce contexte, que pour le recrutement en classique, c’est l’entreprise qui prend en charge le salaire et la sécurité sociale du jeune. Pour le cas du CTA, l’Etat contribue suivant la qualification de l’emploi. S’agissant du DAIP, l’Etat prend en charge le diplômé  supérieur en lui versant 15 000 DA par mois.

A noter, que pour la même période de l’année 2015, près de 4 589, 732 et 1 159 placements ont respectivement été réalisés en classique, contrat de travail aidé, et dispositif d’aide à l’insertion professionnelle.

Par ailleurs, une nouvelle antenne de l’Awem ouvrira ses portes avant la fin de l’année en cours dans la nouvelle cité administrative de Mansourah. A noter, que l’institut des nations unies pour la formation et la recherche (Unitar) et l’Anem ont lancé récemment un programme de formation et d’accompagnement à l’entrepreneuriat dénommé Ibtikari au profit des jeunes diplômés. L’objectif de cette action est de contribuer au développement économique de l’Algérie et ce, en répondant à la demande de création de petites entreprises dans des secteurs stratégiques à forte valeur ajoutée.

Ce programme favorise notamment la création d’emplois et la réduction du chômage parmi les jeunes diplômés. Ibtikari est un projet intersectoriel pilote encadré par un comité de suivi formé de plusieurs ministères et organismes sous tutelle. Une phase de sensibilisation des jeunes à l’entrepreneuriat dans huit secteurs, a été introduite par ce comité, avant d’entamer les formations modulaires prévues pour le projet.

Khaled Boumediene (Le Quotidien d’Oran).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *