Tlemcen Le phénomène de la déperdition scolaire inquiète

Le phénomène de la déperdition scolaire prend des proportions inquiétantes. La Wilaya de Tlemcen n’est pas épargnée par cet « échec » scolaire de plus en plus grandissant et dont la responsabilité  n’incombe pas seulement à l’école. Ce phénomène en forte croissance, touche même les élèves de l’école  primaire, ce qui explique  que la situation est alarmante et nécessite un appui plus vigoureux et un effort concerté de la part de tous les acteurs  œuvrant dans le champ éducatif.

Il incombe à la direction de l’éducation de fixer les objectifs à atteindre et de convenir des moyens pour y parvenir. C’est ce qui a été mis à travers  l’élaboration du projet  pédagogique de la wilaya2017/2020. Le projet pédagogique  en question a été donc conçu sur la base d’un  diagnostic pré- établi qui a fait ressortir plusieurs faiblesses ayant permis de préciser les axes  que devait poursuivre la  démarche  pour  l’élaboration d’un projet pédagogique de la willaya efficace. Le projet pédagogique, en fonction des besoins constatés,  s’articule autour de trois axes  majeurs dont  la protection des élèves contre le phénomène de la déperdition scolaire.

« Le choix de cet axe s’impose de lui-même dans la mesure où la lutte contre la déperdition scolaire est l’une des priorités de l’éducation nationale en raison des risques qui pourraient en résulter  et qui impactent négativement  sur la société en général, l’établissement scolaires en particulier. D’où l’intérêt  d’une prise en charge effective et efficace et à laquelle seront associés tous les acteurs du système éducatif ; les parents notamment qui constituent  des partenaires de premier plan pour  le milieu scolaire. Ils peuvent apporter un soutien important »   souligne le directeur de l’éducation M Amira Karim.

En d’autres termes le directeur de l’éducation  plaide pour la réhabilitation de la relation école / famille qui s’est  beaucoup dégradée ces dernières années.

«  Il est évident, ajoute-t-il  que    L’efficacité de cette prise en charge est tributaire, en tout premier lieu, de l’implication infaillible de la  familiale, acteur incontournable  dans  lutte contre ce phénomène fort inquiétant.   Une communication basée sur la confiance et une relation étroite,   entre l’école et la famille sont nécessaires à la bonne scolarisation des enfants. Nous devons tous nous  y impliquer pour mettre en place des conditions favorisant les apprentissages. »

Pour  ce  plan de prévention  contre l’abandon  prématuré    du  cursus scolaire des élèves    encore à l’âge légal de la scolarisation, Il s’agit en fait de dégager une méthode qui traduit les objectifs retenus et qui répond aux besoins exprimés.  Deux grands objectifs  sont assignés à cette expérimentation : le premiers est  « surmonter les difficultés rencontrées par les élèves durant leurs parcours scolaire Le second   est « l’orientation appropriée aux cursus scolaire et professionnel pour assurer un parcours scolaire réussi de l’élève ».

Le premier prône la mise en place d’une   approche qui met l’apprenant, vocable pour désigner l’élève, au centre du processus enseignement -apprentissage.

« Les enseignants  doivent donc  s’efforcer de proposer à tous les apprenants des activités d’apprentissage qui sont à la fois accessibles et stimulantes,  qui favorisent  leur   épanouissement et sollicitent leur participation. » explique le directeur de l’éducation

Autrement dit, faire aimer l’école à l’élève.

Le second  objectif   s’intéresse  à «  l’orientation appropriée aux cursus scolaire et professionnel pour assurer un parcours scolaire réussi de l’élève. »

« Selon le diagnostic pré établi, la période la plus propice aux situations de déperdition scolaire se situe entre la quatrième année moyenne et la première année secondaire. Les raisons sont multiples, la mauvaise orientation en fait partie.    Une mauvaise orientation entraine inéluctablement un manque d’intérêt et une baisse de motivation souvent à l’origine de la rupture scolaire. » analyse le  directeur de l’éducation

En résumé,   le  phénomène de la déperdition scolaire  dont les conséquences sont parfois fâcheuses, puisque  les élèves exclus prématurément  du système éducatif deviennent  vulnérables et sont éventuellement exposés à tous les fléaux sociaux, nécessite  une  mobilisation concertée  entre tous les acteurs ayant trait à la question éducative.

Cette  vision  de mobilisation concertée privilégie l’engagement  de  tous pour assurer aux élèves, à nos enfants une bonne préparation à l’école et à la vie.

O.El Bachir (el watan )

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *