Tlemcen: Trois projets de renforcement des ressources en eau potable

20160725_121040  ph eau robinet

Pas moins de trois projets de renforcement des ressources en eau potable des zones est, sud et agglomérations secondaires de la wilaya au moyen d’eau de dessalement et de forages profonds sont en cours de réalisation, soit une dotation totale de 65 000 m3/jour. La population totale qui sera desservie s’élève à 375 000 habitants, a-t-on appris auprès du directeur des ressources en eau de la wilaya, Meksi Abdelkader.

Le premier projet concerne la dotation des communes d’Aïn Tallout, Ouled Mimoun, Aïn Nehala et bourgades avoisinantes par près de 25 000 m3/jour. Ce projet prévoit 06 stations de pompage et 40 kilomètres de canalisations. Le deuxième projet vise le raccordement des communes de Terny, Aïn Ghoraba et les localités secondaires d’El-Mafrouch, Sidi Yahia, Feraouna, Ahfir, Bouhassoune et El Waldja par quelque 20 000 m3/jour. Ce projet disposera de la station de pompage principale à Lalla Setti, de 02 stations et de 04 réservoirs d’une capacité totale de 10 000 m3. Selon M. Meksi, la première phase de ce projet est complètement achevée.

Quant à la seconde phase du projet, qui concerne le raccordement des localités de Tafessera, Azail, Béni-Snous, et Béni Bahdel, elle sera terminée avant la fin de l’année en cours et prévoit la réalisation d’une station principale d’une capacité de 30 000 m3 équipée d’un système électrique moderne, de 03 stations et 45 kilomètres de canalisations. Selon notre interlocuteur, ce projet est très difficile à mettre en œuvre, vu les contraintes techniques, foncières et financières, car il touchera des zones montagnardes et accidentées.

Le troisième projet, d’une importance stratégique et économique, destiné au couloir ouest et aux zones frontalières, a été prévu pour pallier aux nouvelles perturbations enregistrées au niveau de la station de dessalement de Souk Tleta.

Il faut souligner dans ce cadre que depuis le lancement des travaux de maintenance et de modernisation au niveau de cette usine, les débits devant transiter dans les conduites, ont fortement diminué (30 000 m3/jour actuellement), ce qui a totalement chamboulé les prévisions des autorités de la wilaya qui misaient sur les apports d’eau de ce système de dessalement pour satisfaire les besoins en eau potables des localités de Marsat Ben M’hidi, Bab El Assa, Nedroma, Ghazaouet, Sidi-Boudjenane, Souani, Maghnia, Béni-Boussaid. Les objectifs de production de 200 000 m3/jour par les entreprises malaisiennes et singapouriennes chargées de ce grand projet doté de la technique d’osmose inverse, n’ont pas été respectés.

Malgré sa mise en service très récente, cette nouvelle structure hydraulique de dessalement peine à assurer les quantités d’eau prescrites dans les clauses du marché et pose ainsi de sérieux problèmes aux autorités, qui ont recouru à des solutions palliatives coûteuses des transferts des eaux du barrage de Béni-Bahdel et des forages et nappes souterraines de Zouia, afin de compenser les eaux de dessalement à quelque 300 000 habitants du couloir ouest.

Khaled Boumediene (Le Q. d’Oran).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *