Tlemcen : les vespasiennes dans tous leurs états / Les WC, un problème d’hygiène publique

WC

C’est à la faveur de la manifestation culturelle mondiale de 2011 que les services techniques de l’APC de Tlemcen (chef-lieu) avaient entrepris une opération de démolition de toute «excroissance» urbanistique (salubrité publique ?) qui pourrait altérer l’intégrité du patrimoine matériel de la cité des Zianides et donner ainsi une mauvaise image de (à) l’environnement historique de la capitale de la culture islamique. Les toilettes publiques situées en face de l’hôtel Maghreb (toujours en «chantier» depuis l’attentat à la bombe de 1994) et plus exactement collées à la muraille (nord) du Méchouar furent littéralement rasées par le bulldozer qui épargna le poste transformateur voisin.

Il faut savoir que cette vespasienne fut construite au temps de la colonisation pour, dit-on, dévaloriser ce site historique. A ce propos, l’on raconte qu’un notable de la ville, ayant eu vent d’un projet de construction d’urinoirs sur la place de la mairie, juste en face de la grande Mosquée, protesta auprès du commandant de la Place : «On n’a pas encore vu une vespasienne devant votre église». Nonobstant ce, les autorités de l’époque ont dû réfléchir à une substitution machiavélique en bâtissant ces cabinets d’aisance juste en face du musée de la ville (mosquée Sidi Bellahcène désaffectée) sur la place d’Alger.

A noter que pour des raisons de rentabilité, les WC réservés en principe aux femmes sont «squattés» par les mâles de passage, avec l’accord tacite du préposé (qui n’est pas assisté d’une femme). Par ailleurs, l’on se rappelle le tollé citoyen qu’avait provoqué en 2007 l’ubuesque placard publicitaire «Tlemcen, ville d’art et d’histoire» installé au-dessus de ces WC (ceux du Méchouar) par l’APC qui dut l’enlever. Au sujet des toilettes publiques disponibles au niveau du chef-lieu, leur nombre est relativement dérisoire, soit 8 (payants en majorité) : les vespasiennes du musée (Blass), celles-ci ont subi dernièrement un lifting, les WC du marché couvert, les cabinets d’aisance du grand Bassin(fermés), les toilettes de Bab Sidi Boumediène, les blocs sanitaires de la gare routière de la Metchkana et les latrines dites «n’qayèr» de Djamaâ el-Kebir (rue de la Paix) en face de derb Sidi Saâd , fermées, abstraction faites des toilettes des différentes mosquées ouvertes à l’occasion des cinq prières (les petites mosquées de quartier, telles Sidi El Ouzzane, Sid El Yeddoune, Lalla Raya, Sid El Qa’li… en sont dépourvues), outre les toilettes du parc d’attraction de Lalla Setti.

A noter qu’une cabine (WC), fermée elle aussi, a été installée récemment par l’APC au niveau du Méchouar devant la porte dite Touita, en face du lycée Maliha Hamidou et proximité du lycée des frères Hamed Bendimred. Son emplacement à cet endroit précis aurait été critiqué par plus d’un, notamment l’APSPEWIT. A noter qu’un urinoir datant de l’époque coloniale, situé à Bab Sidi Boumediene, à côté des BMC, fut détruit, ainsi qu’une pissotière qui se trouvait à Bab el-Djiad au lieudit «Blass el-Kar».

Des WC aménagés sur la place commerçante de Souk el-Ghzel seront fermés. Il faut savoir que les deux fast-foods jumeaux (spécialité poissons frits) situés en bas du marché couvert tenues au départ par Nini et Hamid (Bessaâd) étaient à l’origine des vespasiennes… Au vu de ce déficit patent en la matière, les autorités municipales devraient investir dans ce créneau (sanitaires mobiles) à travers l’emploi des jeunes. D’autant que la plupart des débits de boissons, cafétérias notamment, ne respectent pas le cahier des charges exigeant de mettre des toilettes, de surcroît propres, à la disposition du client et accessoirement au profit des passants.

Dans ce sillage, le président de l’ASPEWIT, M. Morsli Bouayed, ne manquera pas lors d’une émission radio, de signaler un phénomène nouveau nuisant à l’environnement, à savoir la prolifération de bouteilles en plastique «gorgées» d’urine, jetées par terre par incivisme. A ce propos, et à titre indicatif, le portail des ex-Galeries algériennes de la place Kairouan (centre), mitoyen avec l’agence d’Air Algérie ainsi que les allées menant aux bureaux de La Voix de l’Oranie et El Moudjahid, entre autres, deviennent à la faveur de la nuit, des pissotières de fortune, plutôt de secours.

Abstraction faite de la nuisance olfactive (odeur d’urine), ce geste s’apparente à un outrage à la pudeur. Devant cette absence de commodité publique, certaines femmes, diabétiques ou simplement avec la vessie pleine, n’hésitent pas à frapper, avec toute la gêne que l’on peut imaginer, à la porte des maisons pour solliciter ce «service» naturel.

Allal Bekkaï

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *