Des travaux de protection pour faire face aux crues

Les derniers orages ont fortement secoué les communes de Nedroma, Sebdou, Remchi, Aïn Ghoraba, Mansourah, Hennaya et Ghazaouet. Cette dernière a été épargnée d’une vraie catastrophe après les fortes crues de l’oued « Ghazouana », si l’on croit le directeur des ressources en eau de la wilaya, Meksi Abdelkader, qui a expliqué que « c’est grâce aux travaux de recalibrage et d’aménagement effectués sur cet oued qui traverse la ville sur une distance d’un kilomètre, anticipant les inondations après les orages violents, que les habitants de la ville de Ghazaouet ont été protégés contre les crues intenses qui apparaissent tous les vingt ans.

Ce bassin versant a été totalement submergé par les montées des eaux lors de ces précipitations et heureusement aucune perte humaine ou dégât matériel n’ont été enregistrés ».

Notre interlocuteur a également précisé que « les autorités de la wilaya se sont mobilisés bien avant pour trouver des solutions et réduire les risques de ce processus d’inondation qui est relativement commun dans certaines villes de la wilaya de Tlemcen, car les changements climatiques survenus dernièrement favorisent les inondations dans toute la région de Tlemcen et dans certaines régions du pays.

Les inondations gagnent en intensité et réussissent à franchir les anciennes crues à plusieurs reprises, et quand ces événements extrêmes se produisent en région urbaine, les dommages sont facilement doublés. Et justement, c’est grâce au lancement des travaux d’aménagement d’oued Ghazouana, réalisés de gré à gré par la société SEROR de Tlemcen, sans attendre les démarches administratives, que la ville de Ghazaouet a été épargnée de la catastrophe des fortes crues qui se sont écoulées dans de bonnes conditions dans le chenal à la mer.

Mais, la protection de la ville de Ghazaouet nécessite encore la réalisation de travaux d’endiguement en amont pour éviter les débordements d’eau de la rivière et un barrage de traitement en aval de Nedroma.

C’est pratiquement la même chose pour l’oued Coucoul de Sebdou, qui a connu lui aussi une vaste opération d’aménagement, d’amélioration des cours d’eau, de protection et de recalibrage de ses berges, réalisée par la Sogherwit, pour réduire efficacement les risques d’inondation de cet oued. Avant que ces travaux soient réalisés, les volumes d’eau précipités surpassaient de loin les capacités de rétention de ces oueds et les effets d’inondation subits étaient encore plus accablants.

Les inondations étaient plus dangereuses et les effets néfastes qu’elles entraînaient s’accumulaient. Les solutions anticipées élaborées pour ces deux grands oueds nous ont permis d’offrir une protection adéquate aux citoyens de Ghazaouet et Sebdou, tant dans la ville que dans les quartiers adjacents.

Ces solutions nous ont également permis de tirer de nombreuses conclusions sur les stratégies de gestion des eaux actuelles de ces deux agglomérations en plus des conséquences secondaires qu’elles peuvent entraîner. Bien entendu, chaque solution doit rectifier le problème des inondations sans causer des résultats défavorables aux autres aspects de la vie urbaine, l’écologie locale, la qualité de l’eau dans l’oued et la stabilité des sols ».

M. Meksi a, par ailleurs, souligné que la protection des agglomérations et des territoires contre les inondations est un programme de longue haleine qui nécessite des études très approfondies et l’implication de tous les services concernés, afin d’identifier les enjeux, les moyens disponibles et les alternatives possibles pour atténuer les dégâts humains et matériels provoqués par ce phénomène, car le risque n’est pas le même dans les localités des hauts plateaux, les agglomérations se situant dans les piémonts et celles des zones littorales de la wilaya.

Khaled Boumediene (Le Quotidien d’Oran).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *