La ville dépourvue de toilettes publiques

Par O.El Bachir

Il n’est aussi choquant, voire insupportable que de voir certaines personnes qui, pour se soulager d’un besoin naturel, n’ont pas trouvé mieux que des coins d’immeubles devenus par la force des choses de véritables urinoirs à ciel ouvert .Cet acte inconvenant, contraire aux bonnes mœurs et qui affecte la salubrité publique est la conséquence fâcheuse d’un manque total des toilettes publiques.

En effet, le manque d’un tel équipement urbain  oblige, malheureusement les citoyens, notamment les personnes atteintes de maladies chroniques, les visiteurs, pris d’un besoin naturel, à utiliser d’autres lieux publics pour se soulager, ce qui porte atteinte  à l’hygiène et la propreté  des lieux.

Ulcérés par cette situation d’insalubrité publique, Les commerçants mitoyens de ces « vespasiennes à l’air libre » sont contraints de supporter à longueur de journée ces incivilités et les mauvaises odeurs permanentes  qui en découlent.

Pourtant la règlementation interdit à quiconque de faire ses besoins naturels dans les lieux  publics,  sous peine de sanctions. Mais que fait une personne malade prise subitement d’un besoin naturel pressant ?

D’autant plus qu’aujourd’hui dans les cafés, les restaurants et autres lieux publics, les toilettes sont souvent fermées.

C’est pour ainsi dire que les toilettes publiques est un équipement urbain qui s’avère indispensable pour, d’une part  garantir la protection et la salubrité de notre environnement immédiat et d’autre part  mettre fin à un comportement insolent qui va à l’encontre des règles de vie commune.

En conséquence, une question se pose d’elle-même : Pourquoi  toutes  les APC qui se sont relayées depuis plusieurs mandats ne se sont pas souciées de ce problème d’utilité publique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *