Zitouni rend hommage à l’armée et aux forces de sécurité

Photos: Ougouti Moulay Ahmed

Le ministre des Moudjahidine, M. Tayeb Zitouni, a declaré dimanche à Tlemcen que «les générations montantes doivent cultiver le devoir de mémoire et le souvenir des sacrifices des martyrs et des moudjahidine. Les sacrifices que notre peuple a endurés pendant 132 années, les massacres, les tentatives d’extermination, la spoliation des terres et les tentatives d’éradiquer notre culture et notre identité».

S’exprimant à l’ouverture d’un colloque sur «l’action politique dans la lutte populaire, le mouvement national et la guerre du 1er novembre» au complexe historique de la wilaya V de Lalla Setti lors de sa visite à Tlemcen, M. Zitouni a appelé à «raviver la flamme patriotique héritée de la révolution de novembre». Le ministre des Moudjahidine, a souligné que « la révolution a su allier la confrontation armée à l’action politique pour le triomphe des aspirations légitimes du peuple et des nobles idéaux qui ont guidé son action».

Exprimant sa considération aux officiers, sous-officiers, et djounoud de l’Armée nationale populaire, digne héritière de l’Armée de libération nationale, ainsi qu’aux personnels des corps de sécurité, pour leur mobilisation et leur sacrifice en vue d’assurer la sécurité des citoyens et de protéger efficacement l’intégrité du territoire national, M. Tayeb Zitouni a souligné qu’aujourd’hui, l’Algérie qui s’est transformée en un vaste chantier, connaît une grande mutation.

«Le monde rural, berceau de la révolution de novembre à laquelle il a versé un lourd tribut, a pu accéder davantage aux bienfaits du développement. Personne ne peut nier les efforts déployés dans le domaine de la santé, le logement, l’eau, l’emploi et la réduction du chômage…».

A noter que le ministre des Moudjahidine a entamé son périple tlemcennien par l’inauguration d’une stèle de commémoration de la bataille de Boufarias à Sabra. Il s’est ensuite rendu à Aïn Ghoraba en compagnie du wali de Tlemcen, Saci Ahmed Abdelhafid, pour inaugurer une autre stèle et s’enquérir des travaux d’aménagement du château d’eau qui servait de lieu de torture à Sebdou.

Khaled Boumediene (Le Quotidien d’Oran).

Une pensée sur “Zitouni rend hommage à l’armée et aux forces de sécurité

  • 5 avril 2017 à 20 h 28 min
    Permalink

    Radar / Actualités
    Colloque sur le mouvement national
    Tayeb Zitouni occulte le nom de Messali Hadj
    Lors du discours qu’il a prononcé, au début de la semaine en cours dans la wilaya de Tlemcen, à l’ouverture des travaux du colloque sur “Le rôle de la politique dans la résistance populaire, le mouvement national et la Revolution du 1er Novembre 1954”, le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, n’a, à aucun moment, évoqué l’influence de Messali Hadj dans le mouvement nationaliste.
    Pourtant dans l’absolu, rien ne justifie que le père du nationalisme algérien passe à la trappe et de cette manière, dès lors que les autorités nationales ont reconnu, sans équivoque, son implication et son combat pour une Algérie indépendante du joug du colonialisme français, et ce, dès 1936.
    Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a officié, en personne, à l’inauguration, le 14 avril 2011, de l’aéroport international de Zenata au nom de Messali Hadj. Il a parrainé, la même année, un colloque consacré à la vie du fondateur du mouvement nationaliste en Algérie. Est-ce alors une simple omission spontanée ? Difficile de tirer cette conclusion dès lors que le membre du gouvernement a cité tous les chefs du mouvement national, depuis l’Émir Abdelkader jusqu’à Mohamed Boudiaf, sans évoquer Messali Hadj.
    Les quelques compagnons du vieux président du PPA, présents dans la salle, se sont offusqués du discours du ministre des Moudjahidine.

    no comment

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *